A la Une

NEWSLETTER du 18 mai 2017

 

 

 

 

 

NEWSLETTER
Semaine du 18 mai 2017

Abonnez-vous

 

 

 

 

FOCUS SUR

 

 

Il faut montrer ‘l’impact positif’ des migrations pour changer la perception de l’opinion publique, selon l’ONU

28/04/2017. Estimant que les pays ne peuvent pas gérer seuls la question des vastes mouvements de réfugiés et de migrants, les Nations Unies ont organisé en septembre 2016 un sommet des dirigeants mondiaux dans le but de trouver des solutions durables.
A ce sommet, les 193 États membres ont convenu d’un plan, la Déclaration de New York, dans laquelle ils expriment leur volonté politique de sauver des vies, de protéger les droits et de partager leurs responsabilités à l’échelle mondiale.
La mobilité humaine n’est pas un phénomène nouveau. Les êtres humains se sont toujours beaucoup déplacés. Mais ces dernières années, on a vu dans certains cas des mouvements de population provoqués par des situations extrêmes. Dans le prolongement de cette réunion, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a nommé l’avocate, procureure et juriste canadienne Louise Arbour comme Représentant spéciale pour les migrations internationales.Lire la suite …

 

 

Derniers articles mis en ligne

 

 

 

 

Que reste-t-il de la puissance française?

30/04/2017 sur RFI par Marie-France Chatin.

Alors que le gaullisme martelait, en son temps, la spécificité de la grande puissance, les praticiens assument désormais et sans états d’âme que la France est une puissance moyenne.

Le déclin de la France est-il plus prononcé que celui des autres pays occidentaux? Notre crédibilité souffre-t-elle de nos difficultés à nous réformer? Le rayonnement de la France ne repose-t-il plus aujourd’hui que sur sa capacité à faire de beaux discours?

Invités :

Xavier Guilhou, spécialiste de la Prévention des risques, du pilotage des crises et de stratégie. «Quand la France réagira….», éditions Eyrolles.
Général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de Guerre. Professeur des Universités associé à Sciences Po. «La dernière bataille de France», éditions Gallimard.
Renaud Girard, chroniqueur international du Figaro. «Quelle diplomatie pour la France? Prendre les réalités telles qu’elles sont», éditions du Cerf.

Lire la suite »

share on Twitter Like Que reste-t-il de la puissance française? on Facebook Google Plus One Button


Géopolitique et soft power de la religion orthodoxe

Janvier 2017 par Clément Therme.

Du 19 au 26 juin 2016, dix Églises orthodoxes se sont réunies en concile, à Kolymbari, en Crète (Grèce), le premier du genre depuis l’an 787. Mais le boycott de quatre, dont celle de Russie, la plus importante, met en relief des tensions.

Le communiqué final de la rencontre insiste sur l’indépendance des centres religieux vis-à-vis du pouvoir politique, ce qui ne les empêche pas de rejeter le sécularisme et d’être un élément de la diplomatie nationale.

Alors que l’Église orthodoxe russe n’a pas ménagé ses critiques au lendemain de la publication du communiqué, estimant qu’il ne fallait pas confondre religion et démocratie, les difficultés pour atteindre l’unité du monde orthodoxe sont plus politiques que religieuses. Les causes théologiques des divisions sont certes réelles, en raison notamment du processus d’ethnogenèse de la religion orthodoxe depuis le XIXe siècle. Toutefois, l’impossible unité n’est pas sans lien avec l’affrontement géopolitique issu de la nouvelle guerre froide entre Russie et Occident.

Lire la suite »

share on Twitter Like Géopolitique et soft power de la religion orthodoxe on Facebook Google Plus One Button


Pourquoi le Pape est-il allé en Égypte ?

07/05/2017 par Jean-Baptiste NOE. Le voyage du Pape en Égypte d’avril 2017 participe de la recomposition du Moyen-Orient. L’Égypte a souvent été la clef de voûte de cette région et le fer-de-lance de la modernité.

Que ce pays soit devenu gangréné par l’islamisme et subisse une tentative de main mise du wahhabisme saoudien est plus qu’inquiétant pour l’équilibre de la Méditerranée. Quelles sont les dynamiques à l’œuvre ?

« Une visite pastorale, œcuménique et interreligieuse », ainsi est présenté par la salle de presse du Saint-Siège le voyage du pape François en Égypte les 28 et 29 avril 2017. Pastorale, parce qu’il rend d’abord visite aux catholiques de ce pays. Œcuménique, parce qu’il entend affermir les liens avec les Coptes orthodoxes. Interreligieuse, car la visite vise à dialoguer et à s’entendre avec le recteur de la mosquée Al-Azhar.

Lire la suite »

share on Twitter Like Pourquoi le Pape est-il allé en Égypte ? on Facebook Google Plus One Button


Dictionnaire pratique du droit humanitaire

Avril 2017.

Le Dictionnaire pratique du droit humanitaire est publié pour la première fois par Françoise Bouchet-Saulnier en 1998. Régulièrement réédité et traduit en plusieurs langues, la dernière édition date d’octobre 2013 et constitue le contenu de ce site.

Pensé du point de vue des victimes et de ceux qui leur viennent en aide, le Dictionnaire présente sous une forme simple toutes les facettes du droit international applicable à la protection et aux secours des victimes des conflits et des crises.

Il analyse comment ce droit a évolué face aux nouveaux défis liés à la guerre contre le terrorisme, aux nouvelles formes de conflits et d’action humanitaire, à l’émergence de la justice pénale internationale et à la refondation du consensus et des règles humanitaires dans un monde multipolaire.

Il décrit pour chaque concept les dangers potentiels, les règles applicables et les moyens de faciliter l’application du droit et d’appréhender ses violations.

Lire la suite »

share on Twitter Like Dictionnaire pratique du droit humanitaire on Facebook Google Plus One Button


Le blues des diplomates européens en Palestine

27/04/2017 par Sylvain Cypel.

Supposée favoriser un développement économique de la Palestine, la zone franche de Jéricho dans la vallée du Jourdain est soutenue financièrement par l’Union européenne. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, tant Israël multiplie les obstacles, détruisant ou empêchant toute initiative allant dans le sens d’une amélioration de la situation des Palestiniens.

La zone franche de Jéricho (Jericho Agro Industrial Park, JAIP), dans la vallée du Jourdain, a des ambitions : « favoriser par des incitations fiscales et des infrastructures modernes les investissements locaux et internationaux en Palestine et les exportations palestiniennes », qui restent extrêmement faibles, explique un responsable local, Naiem Attoun. Ces « zones franches » balbutiantes, la Palestinian Industrial Estates and Free Zones Authority en détient deux autres en Cisjordanie, à Bethléem et Jénine (une quatrième, à Gaza, est inactive). Et trois sont en projet en Cisjordanie, près de Naplouse, Hébron et Rawabi, une « ville nouvelle » en construction lancée par un millionnaire américano-palestinien en zone A (voir ci-dessous). Initialement impulsée avec des financements nippons, la zone franche de Jéricho bénéficie désormais aussi d’un soutien européen. Pour le moment, l’activité y semble encore réduite : 4 PME y sont enregistrées. Les autorités en attendent 6 autres d’ici la fin de l’année, pour 500 emplois créés. À terme, l’objectif est de générer 3 400 emplois et 17 000 emplois induits.

Lire la suite »

share on Twitter Like Le blues des diplomates européens en Palestine on Facebook Google Plus One Button


L’Union européenne entre « hiver démographique » et crise des migrants

20/04/2017 par Gérard-François Dumont.

Alors que l’Europe est à l’origine du principal changement structurel de la géographie des populations dans le monde en quittant le podium démographique où elle restait encore installée dans les années 1980 avec la Chine et l’Inde, l’Union européenne fait aujourd’hui face à de nombreux défis démographiques qui ne sont ou ne seront pas sans effets géopolitiques spécifiques. Au milieu des années 2010, l’Union européenne a enregistré une rupture démographique étonnamment peu commentée. Pour la première fois depuis le début de la création de cet ensemble dans les années 1950, il est en dépopulation* avec, en 2015, plus de décès que de naissances. C’est la conséquence de son « hiver démographique » qui dure depuis le milieu des années 1970, « hiver » dont il importe de comprendre les raisons et les différences d’intensité selon les pays. La croissance du nombre d’habitants au sein de l’Union européenne en 2015 tient donc, également pour la première fois, exclusivement aux apports migratoires de personnes originaires de pays non membres de l’Union européenne (UE). Cela dénote une attractivité et des politiques migratoires de l’UE qui doivent être décryptées.

Depuis le traité de Rome de 1957, la population de l’ensemble des pays (1) appartenant au périmètre actuel de l’UE à 28 (UE-28) a, chaque année, connu une croissance démographique. Jusqu’au milieu des années 1980, cette dernière est essentiellement due à l’accroissement naturel, donc à un excédent des naissances sur les décès.

Lire la suite »

share on Twitter Like L’Union européenne entre « hiver démographique » et crise des migrants on Facebook Google Plus One Button


Un technocrate britannique à la tête des opérations humanitaires des Nations Unies

10/05/2017 par Ben Parker.

C’est un drôle de boulot pour un homme qui dit détester les acronymes. Mark Lowcock, qui dirigeait jusqu’à présent le Département britannique pour le développement international (DFID), sera le nouveau chef de l’humanitaire des Nations Unies.

Il sera responsable de superviser un département tentaculaire et une multitude de mécanismes désignés par des acronymes.

M. Lowcock reprend le flambeau alors que quatre pays sont menacés par la famine, que les principes humanitaires sont foulés au pied en Syrie, que le département des Nations Unies dont il assurera la direction doit faire face à des compressions et que l’Administration Trump prévoit une réduction considérable de la contribution des États-Unis au financement des agences des Nations Unies.

Deux sources bien placées ont dit que le nom de M. Lowcock avait émergé seulement après le rejet par le Secrétariat des Nations Unies d’au moins un autre nom proposé par le gouvernement britannique. C’était en 2015, quand Ban Ki-moon a refusé de nommer à ce poste l’ancien ministre britannique Andrew Lansley. Son refus a donné lieu à une querelle diplomatique qui est devenue publique.

Lire la suite »

share on Twitter Like Un technocrate britannique à la tête des opérations humanitaires des Nations Unies on Facebook Google Plus One Button


Face aux violations des droits de l’homme, le chef de l’ONU appelle à l’unité du Conseil de sécurité

18/04/2017.

Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné que le respect des droits de l’homme représente un élément crucial de la prévention qui constitue un moyen essentiel de « réduire les souffrances humaines, de créer des sociétés stables et prospères et de permettre aux populations d’atteindre leur plein potentiel ».

Pour M. Guterres, la transformation d’alertes précoces en actions anticipées dépend de la confiance entre les États membres et dans leurs relations avec l’ONU. « Le Conseil de sécurité a un rôle majeur à jouer », a-t-il souligné, citant l’article 24 de la Charte des Nations Unies: « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales incombe à ce Conseil ‘afin d’assurer une action rapide et efficace’ ».

Le Secrétaire général a attiré l’attention du Conseil sur trois points. « La quête de la paix est ce qui doit nous guider, le long d’un continuum qui va de la prévention, du règlement des conflits à la consolidation de la paix et au développement durable », a-t-il dit.

M. Guterres a également souligné que la paix, la sécurité, les droits humains et le développement durable se renforcent mutuellement. « La Charte des Nations Unies, que nous nous devons tous de défendre, a joué ici un rôle fondateur, en ce qu’elle lie ces trois piliers », a-t-il rappelé. « Quand l’ONU tente de les traiter isolément, souvent, elle faillit à la mission que les États Membres et les peuples lui ont confiée », a-t-il dit, rappelant que plusieurs processus de réformes ont mis en évidence que la fragmentation de l’action est l’une des faiblesses majeures de l’Organisation.

Lire la suite »

share on Twitter Like Face aux violations des droits de l’homme, le chef de l’ONU appelle à l’unité du Conseil de sécurité on Facebook Google Plus One Button


Famine en Afrique de l’Est : comment sortir de cette crise humanitaire ?

21/04/2017, le point de vue de Serge Michailof.

La semaine dernière, l’ONU a mis en garde contre le risque d’un nombre de morts massifs provoqués par la famine qui sévit en Afrique de l’Est.
Quelle combinaison de facteurs explique qu’une telle situation de crise sévisse dans ces pays ?
Ces régions présentent tout d’abord des éléments de fragilité intrinsèques, parmi lesquels : une pluviométrie erratique ; des sols fragilisés par la surexploitation liée à l’accroissement de densité humaine ; des processus de désertification anciens, liés à la réduction de la pluviométrie moyenne sur longue période ; le réchauffement climatique déjà très sensible qui provoque des pertes de rendements céréaliers ; la destruction du couvert végétal par les troupeaux et par la fabrication de charbon de bois ; enfin, un abandon de tout appui à l’agriculture par les pouvoirs publics. En effet, les pistes ne sont pas entretenues, les intrants classiques sont hors de prix et non disponibles, tandis que la recherche agronomique est à l’abandon, de même que les systèmes de vulgarisation. À ce tableau consternant s’ajoute une succession de sécheresses qui ont provoqué une paupérisation généralisée, entraînant un déstockage des animaux pour survivre, une consommation des semences, etc.

Lire la suite »

share on Twitter Like Famine en Afrique de l’Est : comment sortir de cette crise humanitaire ? on Facebook Google Plus One Button


« Conférence internationale sur la liberté, la citoyenneté, la diversité et la complémentarité ».

28/04/2017. Lors de son voyage en Égypte les 28 et 29 avril, le pape François s’est penché sur le dialogue islamo-chrétien. À travers cette visite, il est venu soutenir les chrétiens du Moyen-Orient, cibles régulières d’attentats terroristes et de persécutions.

Dans deux importants discours prononcés vendredi 28 avril au Caire, au premier jour de son voyage en Égypte, le pape François a exhorté à combattre « toute forme de violence, de vengeance et de haine commises au nom de la religion ou au nom de Dieu ».

Dans une déclaration commune avec le pape François, vendredi 28 avril au Caire, le pape copte Tawadros II s’est engagé au nom de son Église à chercher « sincèrement à ne plus répéter le baptême qui a été administré dans nos Églises respectives pour toute personne qui souhaite rejoindre l’une ou l’autre ».

Lire la suite »

share on Twitter Like « Conférence internationale sur la liberté, la citoyenneté, la diversité et la complémentarité ». on Facebook Google Plus One Button


 

 

 

Like

 

 

Tweeter

 

 

+1

 

 

Transférer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © *|CURRENT_YEAR|* Fondation de l’ordre de Malte France, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes inscrits sur nos liste
Désinscription