Dimanche 18 Novembre 2018
 

A la Une

À l’occasion de la journée mondiale du réfugié, Malteser International rappelle que « nous devons mettre l’humanité et la charité au premier plan »

Article paru sur le site de l’Ordre Souverain le 20/06/2018

Le nombre de personnes qui se voient contraintes de quitter leur pays augmente constamment. Aujourd’hui, à travers le monde, près de 70 millions de personnes sont en fuite. Chacune d’entre elles a été obligée de quitter son pays et rêve maintenant d’un avenir meilleur.

« Toute personne fuyant la guerre et la violence en Syrie, en Irak ou bien au Nigéria et qui risque sa vie dans le processus a besoin de notre aide. En tant que chrétiens, il est de notre devoir d’agir avec humanité et charité envers notre prochain et de lui venir en aide quand il en a besoin » a déclaré Douglas Graf Saurma-Jeltsch, membre de la direction de Malteser Hilfsdienst et président de Malteser International Europe.

L’Ordre de Malte est très engagé en faveur des réfugiés. Malteser Hilfdienst, les associations nationales de l’Ordre de Malte et celles avec lesquelles nous travaillons dans 29 pays viennent en aide à des millions de réfugiés, dans des zones de crises en Amérique, en Europe, en Asie et en Afrique. N’oublions pas que derrière ce chiffre impressionnant, il y a des millions de personnes qui rêvent d’une vie meilleure, d’une vie loin de tout danger.

Tous les réfugiés sont guidés par les rêves et par l’espoir

Eddy Agbouvbourre a 29 ans et vient de la ville de Benin City, au sud du Nigéria. De confession chrétienne, il a été menacé et poursuivi par les membres d’une secte. Constamment harcelé et craignant pour sa vie, Eddy a quitté le Nigéria pour trouver refuge en Europe. C’était il y a trois ans. « Lors du voyage en bateau pour rejoindre l’Italie, nous avons épuisé nos réserves d’eau et de nourriture. Deux personnes qui voyageaient avec moi sont décédées » a raconté Eddy. Entre-temps, Eddy réside en Allemagne, à Meschede, dans le centre d’accueil pour réfugiés géré par Malteser Hilfdienst. Il espère pouvoir construire une nouvelle vie en Allemagne. « Je veux vivre dans la sécurité et la paix. Je souhaiterais devenir allemand ».

Kulu rêve, elle aussi, d’une vie meilleure. Cette femme de 40 ans a quitté le village de Baga, au Nigéria, où elle vivait avec ses enfants et son mari. Elle a fui la terreur établie par la milice islamiste Boko Haram. Depuis près de neuf ans, ce groupe rebelle tente d’imposer la charia dans le nord du pays en tuant et en kidnappant la population. Ce violent conflit est devenu une situation d’urgence humanitaire, qui affecte toute la région du lac Tchad. Lorsqu’elle a fui le Nigéria, Kulu était enceinte de son huitième enfant. Son mari a été tué sous ses yeux et elle a fait une fausse couche. « J’ai presque perdu la raison à ce moment-là » a-t-elle déclaré. Elle habite désormais dans la grande ville de Maiduguri. Malteser International lui fournit de l’eau potable et des articles d’hygiène. En fuyant Baga, elle a dû laisser tout ce qu’elle possédait derrière elle. Mais elle n’a pas abandonné ses rêves : « Je souhaite que mes enfants puissent un jour retourner à l’école et bien gagner leur vie».

Depuis 2001, la journée mondiale du réfugié est célébrée chaque 20 juin. Cette journée permet de mettre en lumière la situation des millions de personnes qui ont été contraintes de quitter leur pays.


Sur le même sujet

Crise en Méditerranée : quand l’Union européenne barre la route aux migrants, et aux ONG

19/12/2017. Ce phénomène est nouveau : le contrôle des frontières est un attribut essentiel de la souveraineté, que les États ne partagent pas avec des acteurs non-étatiques comme la société civile.

La coopération Union européenne/Afrique : l’externalisation des politiques migratoires européennes

30/04/2018. Une conscience partagée des défis à long-terme de la bonne gestion des migrations a émergé, en raison de la pression appelée à perdurer aux frontières de l’Union.

Troisième rencontre du Groupe de contact pour la Méditerranée centrale

13/11/2017. Le Groupe de contact pour la Méditerranée centrale a pour objectif l’échange d’informations entre les pays d’Europe et d’Afrique touchés par les flux migratoires dans la Méditerranée centrale.