Conflit au Yémen : 2,4 millions de déplacés internes

Après un an de conflit au Yémen, plus de 2,4 millions de personnes sont déracinées par les combats, certaines d’entre elles dans des zones difficiles d’accès, a annoncé le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Le chiffre de 2 430 178 personnes déracinées au Yémen est mentionné dans le tout dernier rapport d’un groupe de travail spécial sur les Mouvements de population, qui est dirigé conjointement par le HCR et l’OIM dans le cadre de la réponse humanitaire à la crise au Yémen qui s’est aggravée depuis la fin mars 2015.

« Derrière les statistiques, il y a également le visage humain du conflit, la souffrance continue et les besoins croissants », a indiqué Leo Dobbs, porte-parole du HCR lors d’un point de presse à Genève mardi (8 mars). « La situation risque d’empirer, du fait de l’aggravation de la situation humanitaire et socio-économique ainsi que sans aucun règlement politique en vue. »

Le Plan régional d’aide humanitaire pour les déplacés et réfugiés yéménites, publié à Genève le mois dernier, recherche 1,8 milliard de dollars pour que plus de 100 partenaires humanitaires fournissent une assistance vitale à 13,6 millions de personnes dans le besoin. Ce Plan régional d’aide humanitaire pour les déplacés et réfugiés yéménites est actuellement financé à seulement deux pour cent.

Lire l’article complet sur le site de l’UNHCR


Sur le même sujet

La nouvelle mission du Corps italien de secours aux réfugiés syriens en mer Egée

18/02/2016. Équipée de deux bateaux à grande vitesse, la mission croise dans les eaux froides qui séparent la Grèce de la Turquie. En moins de deux mois, les équipes sanitaires ont sauvé plus de 600 vies.

Soudan du Sud : Comment l’avidité, la corruption et l’impunité ont créé des milliers de réfugiés et la famine

10/10/2016. Les attaques sauvages contre des civils ont provoqué des mouvements de population sans précédent.

« Voyages du désespoir », un rapport du HCR sur les mouvements de réfugiés en Europe

11/04/2018. Malgré la diminution globale du nombre de réfugiés et de migrants arrivés en Europe l’année dernière, les dangers ont augmenté