A la Une

Vers quels pays ont fui les 74,8 millions de personnes contraintes à l’exil ?

Article publié sur le site du journal Le Monde le 20/06/2019 par Pierre Breteau 

L’année 2018 marque une nouvelle hausse du nombre de personnes déplacées. Le Proche-Orient, l’Amérique du Sud et l’Afrique restent les régions les plus touchées.

Le monde comptait, fin 2018, 70,8 millions de personnes déplacées de force, soit une progression de 2,3 millions par rapport à l’année précédente, selon les statistiques collectées par le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

C’est un record depuis la création du HCR, en 1950. Pourtant, prévient l’institution, cette estimation est « prudente », notamment « car elle ne reflète que partiellement la crise au Venezuela » qui a contraint 4 millions de personnes à l’exil. Au total, ce sont 74,8 millions de personnes qui sont aujourd’hui prises en charge par le HCR, qu’elles soient déplacées de force, déplacées à l’intérieur de leur pays ou assistées par le Haut-Commissariat après avoir pu rentrer chez elles.

Dans le détail, le conflit syrien explique en grande partie la hausse conséquente du nombre de personnes contraintes à l’exil à partir de 2011. Les conflits en Libye, au Yémen et en Afghanistan ont aussi contribué à cette augmentation.

Une tendance à la hausse qui ne faiblit pas

Voir la carte interactive sur le site du HCR

« Seuls » 40 % des déplacés le sont à l’étranger

Sur les 74,8 millions de personnes prises en charge par le HCR, 33,4 millions ont fui vers un autre pays que le leur, le plus souvent limitrophe. Parmi les pays les plus concernés par ces départs :

  • la Syrie : 7 millions de personnes parties à l’étranger (essentiellement en Turquie et au Liban), pour 6,1 millions de déplacés internes ;
  • l’Afghanistan : 3,5 millions (pour 2,1 de déplacés internes) ;
  • le Soudan du Sud : 2,4 millions (pour 1,9 de déplacés internes) ;
  • l’Irak : 1,5 million (pour 1,8 million de déplacés internes) ;
  • la Birmanie : 1,1 million (pour 370 000 de déplacés internes).

41,4 millions de déplacés dans leur propre pays

La majorité des personnes fuient à l’intérieur de leur propre pays. C’est la Colombie qui arrive « en tête » de ce classement, avec 7,8 millions de personnes contraintes de quitter leur foyer – contre 208 000 personnes parties à l’étranger.

Les autres pays dans lesquels le HCR prend en charge nombre de nationaux sont les mêmes que dans la liste précédente, à laquelle on peut ajouter la République démocratique du Congo (RDC), avec 4,5 millions de personnes déplacées au sein de ce pays, le plus étendu d’Afrique subsaharienne.

Une majorité de personnes déplacées dans leur propre pays

Au-dessus du million de réfugiés, un seul pays européen est concerné par les déplacés internes, l’Ukraine, du fait de la guerre menée par les prorusses dans l’est du pays. Le HCR y recense 1,6 million de déplacés – 125 000 personnes ayant également fui hors des frontières nationales (dont 75 146 pour la seule Russie, et un peu moins de 2 000 en France).


Sur le même sujet

«Les migrations sont nécessaires si l’on veut que l’économie prospère»

Août 2015. «Les migrations sont nécessaires si l’on veut que l’économie prospère»

Un climat en crise

27/04/2017. Comment le changement climatique aggrave la sécheresse et la situation humanitaire en Afrique de l’Est

Filippo Grandi appelle les gouvernements à intensifier la diplomatie

Janvier 2016. Le nouveau chef du HCR exhorte les gouvernements à investir davantage d’énergie et de ressources à la résolution des guerres et des conflits.