Urgence réfugiés : un million de Soudanais du Sud en Ouganda

Article paru sur le site de l’Ordre Souverain de Malte le 09/08/2017

La guerre civile au Soudan du Sud a durement éprouvé le pays voisin, l’Ouganda. On y compte aujourd’hui un million de réfugiés soudanais du Sud.

Pour beaucoup d’entre eux, le choix de traverser la frontière naît de la proximité de l’Ouganda mais aussi de la politique accueillante que le pays a adoptée envers les réfugiés. “L’Ouganda a apporté une véritable et remarquable aide à ses voisins”, a déclaré Alexander Tacke-Köster, Coordinateur du programme en Ouganda pour Malteser International, l’agence internationale d’aide humanitaire de l’Ordre de Malte.

Selon le concept d’auto-assistance, les réfugiés reçoivent à leur arrivée des parcelles de terrain et du matériel pour construire eux-mêmes leur refuge, ainsi que des graines et des outils pour faire pousser leur propre nourriture. Ce concept vise à consolider à long terme une vie en autosuffisance pour les réfugiés. “L’Ouganda commence toutefois à atteindre les limites de sa capacité. Un million de personnes ont besoin d’espace et de soutien”, a déclaré Alexander Tacke-Köster. “Nous apportons notre soutien en fournissant un approvisionnement en eau potable à 30 000 réfugiés. Si le nombre d’arrivées diminue, la fin du flux de réfugiés n’est néanmoins pas en vue”.

Le Ministère Fédéral des Affaires étrangères allemand soutient les projets de Malteser International en Ouganda et a débloqué un million d’euros supplémentaires pour renforcer les projets d’aide aux réfugiés du Soudan du Sud dans le pays d’Afrique orientale.


Sur le même sujet

Erik Orsenna  : « L’épidémie nous rappelle un principe fondamental, l’unité de la vie »

17/03/2020. Pour l’académicien, ambassadeur de l’Institut pasteur, l ’épidémie de Covid-19 cache une autre urgence, celle de repenser nos modes de vie pour mieux affronter les crises à venir.

Trois semaines à Chios, un camp de la honte

27/02/2020. Le psychothérapeute Carlo Trippi relate un séjour de trois semaines dans la «jungle» de Chios où vivent environ 5000 migrants dans le plus grand dénuement. Une situation que dénonce l’auteur.