A la Une

« Religions ensemble dans l’action humanitaire » : le symposium organisé par l’Ordre Souverain de Malte à Genève

27/05/2015. Le 27 mai dernier des représentants de quatre religions (le Christianisme, l’Islam, le Judaïsme et le Vedānta), des chercheurs et des diplomates, des chefs d’organisations humanitaires laïques et confessionnelles, se sont réunis aux Nations Unies pour le Symposium “Religions ensemble dans l’action humanitaire” (Religions together for humanitarian action), organisé par l’Ordre souverain de Malte.


Le Grand Chancelier de l’Ordre souverain de Malte Son Excellence Albrecht Boeselager a ouvert le symposium




La journée d’échanges et de débats organisée en deux tables rondes de cinq rapporteurs chacune a permis de faire émerger d’aborder de nombreuses propositions :

  • Chercher une base de valeurs communes,
  • Créer un code de conduite applicable à toutes les institutions et organisations impliquées dans le secours humanitaire,
  • Atteindre les communautés locales en investissant sur les infrastructures et les réseaux d’aide déjà présents sur les territoires touchés par les conflits,
  • Promouvoir les valeurs des organismes humanitaires pour combattre les préjugés aussi bien des populations que des gouvernements.

M. Stefano Ronca,  Ambassadeur de l’Ordre de Malte a décrit le but du symposium




Réaffirmer les principes humanitaires établis pas la communauté internationale

Dans son discours de conclusion, le Grand Hospitalier de l’Ordre souverain de Malte Dominique de La Rochefoucauld-Montbel a rappelé qu’il est impératif de réaffirmer avec vigueur les “principes humanitaires établis par la communauté internationale après la seconde guerre mondiale, dans le plein respect des traditions et des cultures locales”. Le Grand Hospitalier a encouragé le dialogue et la collaboration entre les différentes confessions.


Pour aller plus loin



Sur le même sujet

La guerre de Trente Ans : Annonciatrice des crises contemporaines ?

25/09/2017. Comme au Yémen, au Sud Soudan, au Nigéria et en Somalie aujourd’hui, la première cause de mortalité n’était pas tant les opérations militaires, mais bien le délitement des structures politiques et du tissu social.

ENTRETIEN : « Nos Casques bleus sauvent des vies tous les jours » – le chef du maintien de la paix

22/05/2017. Plus de 3.500 soldats de la paix ont perdu la vie depuis que les déploiements des opérations de maintien de la paix des Nations Unies ont commencé en 1948.

Les ONG syriennes en manque de reconnaissance

18/03/2015. Les tensions dans la relation entre les groupes locaux et internationaux en Syrie ont été citées dans un nouveau rapport par le Humanitarian Policy Group (HPG)