Syrie : il est temps de mettre un terme à cette guerre effroyable

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a appelé instamment les parties au conflit syrien à permettre l’acheminement de secours à tous ceux qui en ont besoin et à poursuivre les efforts en vue d’une solution politique apte à mettre un terme aux souffrances de millions de personnes.

Il a souligné la nécessité d’un effort concerté de tous les acteurs susceptibles « d’exercer une influence » pour que ce conflit dévastateur, qui entre dans sa sixième année, prenne fin.

« Après cinq années de combats, la guerre en Syrie est le conflit qui aura marqué ce début de XXIe siècle, a déclaré M. Maurer. C’est un conflit très complexe et changeant, avec une multitude d’acteurs armés et d’énormes quantités d’armes. Dans beaucoup de régions, les infrastructures civiles, comme les établissements de santé ou les installations d’approvisionnement en eau et en électricité, ont été détruites ou gravement endommagées. Les habitants doivent endurer d’immenses souffrances et sont contraints de fuir de chez eux par millions pour échapper aux atrocités de la guerre urbaine. »

« Il est temps que les parties mettent un terme à cette guerre effroyable et que les puissances mondiales capables d’influencer la situation en Syrie agissent avec détermination. Les violations du droit international humanitaire sont une caractéristique inacceptable de ce conflit, qui engendrent des souffrances inouïes et inutiles », a conclu M. Maurer.

Lire l’article complet sur le site du CICR


Sur le même sujet

Libye, Yémen, Syrie : « Un vent de folie balaie le globe », alerte Guterres

04/02/2020. Le chef de l’ONU a appelé à briser les « cercles vicieux » qui affectent actuellement le monde.

Kevin Rudd : réinventer l’ONU pour la sauver

18/01/2016. « Nous devons reconnaître l’urgence de ramener l’ONU des marges qu’elle occupe actuellement au centre de la gouvernance mondiale. »

Syrie : la crise humanitaire et politique continue

16/04/2018. La chute de cette zone ouvre la voie à un redéploiement des ressources militaires du régime syrien qui pourrait maintenant prendre pour cible la province méridionale de Deraa.