Poutine est-il derrière la rencontre entre le pape et le patriarche de Moscou ?

Faut-il voir, derrière la rencontre -historique- entre le pape François et le patriarche de Moscou à Cuba, la main de Poutine ?

Sans aucun doute, les considérations de géopolitique ont poussé l’Église orthodoxe russe -dont l’ancrage national a toujours été important – d’accepter enfin la main tendue de Rome, refusée depuis des années. Son communiqué insiste sur la situation des chrétiens d’Orient, et en fait clairement la motivation première de ce rapprochement.

« L’Église russe n’a pas attendu Poutine pour s’inquiéter des chrétiens d’Orient. C’est une tradition pluri-séculaire : c’est par exemple la Russie qui a permis la restauration du Patriarcat d’Antioche, au début du XXe siècle. Le souci des chrétiens d’Orient fait partie de l’ADN de la Russie, qu’elle soit religieuse ou civile, et il est difficile de dire, en la matière, qui influence qui. »

L’Église russe a reconstitué son patrimoine, et rempli ses séminaires. Elle s’est remise à penser, c’est-à-dire à faire de la théologie. Elle en a fini avec la période de reconstruction, et peut de nouveau s’ouvrir et assurer son rayonnement spirituel dans le monde.

Lire l’article complet sur le blog religion de La Croix


Sur le même sujet

La diplomatie du Pape François propulse l’Église catholique vers les blessures du monde

Antonio Spadaro a décrit le chef de l’Église catholique comme un médecin soucieux de prendre le pouls du monde auprès des blessés de la planète.

Au Cameroun, l’Église catholique est appelée à jouer un rôle de médiation

26/04/2018. Face aux risques de guerre civile, Crisis Group juge que l’Église est « quasiment le seul acteur » en mesure d’intervenir.

« Non, Bachar Al Assad n’est pas le bouclier des Chrétiens d’Orient »

24/03/2016. Hind Kabawat, nous donne son point de vue de chrétienne syrienne