Samedi 18 Mai 2019
 

A la Une

La « Guerre mondiale par morceaux » a déjà commencé

Face à notre nouvel ennemi, le terrorisme, « il est licite et urgent d’arrêter l’agression par l’action multilatérale et un usage proportionné de la force ».

Lors de sa visite à Sarajevo, le 6 juin 2015, le Pape avait évoqué la situation d’une guerre mondiale « par morceaux ». Ses mots résonnent encore dans une ville où la Première Guerre mondiale a débuté et qui a subi le martyre de la guerre de Yougoslavie qui a ensanglanté l’Europe dans les années 1990.

Le Secrétaire pour les relations avec les États, Mgr Paul Gallagher, a explicité cette expression lors d’une conférence prononcée le 14 décembre dernier au centre culturel français Saint-Louis, à Rome, précisant ainsi la vision géopolitique actuelle de l’Église.

Selon Mgr Gallagher nous connaissons une mutation des conflictualités qui se caractérise de quatre façons : l’apparition d’un nouvel ennemi, le terrorisme, l’universalité du conflit, la prétention pseudo-religieuse et la violation des droits de l’homme, notamment en ce qui concerne la liberté de religion et de conscience.

Lire l’article complet sur le site Aleteia


Sur le même sujet

Italie : migration et Libye au cœur des discussions

18/03/2015. Lors d’une conférence de presse à Rome, le Secrétaire général des Nations Unies s’est dit préoccupé par la situation en Libye.

Alep, symbole de l’impuissance de la communauté internationale

23/11/2016. La communauté internationale assiste impuissante et résignée à la vaste offensive lancée contre les quartiers rebelles d’Alep, qui pourrait offrir une victoire éclatante au régime syrien et à ses alliés, notamment la Russie.

La culture, ce nouvel instrument de diplomatie

05/04/2019. À chaque concert de l’Orchestre symphonique de Montréal en Europe, défilent gens d’influence et investisseurs potentiels, le tout orchestré par les réseaux diplomatiques canadiens traditionnels. Signe que la diplomatie de l’influence est plus que jamais à l’avant-scène.