La guerre avec la Chine ?

La guerre entre les Etats-Unis et la Chine pourrait être si coûteuse pour les deux pays, pour l’Asie orientale, et pour le reste du monde que cela paraît impensable.

Bien au contraire, cela ne l’est pas : la Chine et les États-Unis sont en désaccord sur tellement de points que cela pourrait mener à une confrontation militaire. Les deux pays ont de grandes concentrations de forces militaires. Si un incident ou la montée en puissance d’une crise venaient à survenir les deux pays seraient inciter à frapper les forces ennemies avant d’être frappé elles-mêmes.

Et si les hostilités éclatent, les deux états ont les forces, la technologie, la puissance industrielle, et le personnel suffisants pour se battre à travers de vastes étendues de terre, de mer, d’air, d’espace et de cyberespace.

Si la guerre éclatait les conséquences pourraient aller bien au-delà des succès militaires et de l’échec: l’économie mondiale pourrait en être affectée, et l’ordre international, tel qu’il est, pourrait être brisé.

Parce que la portée et les effets d’une guerre sino-américaine pourrait être beaucoup plus large que la portée de la planification militaire d’une telle guerre. Dans le même temps, l’amélioration des capacités militaires chinoises signifient que la guerre ne serait pas nécessairement comme le prévoient les américains.

Alors qu’une victoire américaine claire semblait autrefois probable, il est plus probable qu’un conflit pourrait impliquer des combats avec des pertes des deux côtés. Les États-Unis ne doivent pas s’attendre à contrôler le conflit, elles ne peuvent pas le dominer militairement. Alors que la planification de gagner une guerre avec la Chine reste nécessaire, elle ne suffit plus: les États-Unis doivent également examiner les moyens de limiter la guerre et de ses coûts.

Les auteurs de ce rapport soulignent que cette analyse est indicative, non définitive, et que les conclusions sont un avertissement. Cette recherche a été parrainée par le Bureau du sous-secrétaire de l’Armée et menée par le RAND Arroyo Center, une partie de la RAND Corporation.

Lire le rapport (en anglais)

Visiter le site web de la RAND corporation


Sur le même sujet

Pour l’ONG Acted, « l’humanitaire ne doit plus seulement panser le monde, il doit le penser et se repenser »

16/07/2020. Une tribune signée Marie-Pierre Caley, Bertrand Gallet et Frédéric Roussel, respectivement Directrice générale, Président et Directeur du développement d’Acted. 

Notre production alimentaire épuise les ressources en eau

30/03/2017. L’utilisation excessive des aquifères pour l’élevage et pour l’irrigation des céréales met en péril les approvisionnements à la fois en nourriture et en eau.

À la recherche de la paix en Centrafrique. Médiations communautaires, religieuses et politiques

Juin 2017. Cette note présente un panorama des différents types de médiation qui ont accompagné la dernière crise centrafricaine depuis son commencement fin 2012 jusqu’au début de l’année 2017.