Droit international : un mécanisme proposé par la Suisse et le CICR refusé

Les Etats n’ont pas trouvé d’accord concernant le droit international humanitaire lors d’une conférence.

La Suisse et le CICR n’ont pas réussi à faire adopter leur mécanisme régulier entre Etats sur le droit international humanitaire (DIH). La 32e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’est toutefois achevée à Genève sur des avancées sur les migrants, le personnel de santé en danger ou les violences sexuelles.

« Tout développement institutionnel prend du temps». «Nous avons mené des consultations. Nous avons désormais un mandat de négociation (sur la mise en oeuvre d’un tel mécanisme à l’avenir). » a déclaré l’ambassadeur François Voeffray.

Cette conférence réunissait près de 4000 délégués qui représentaient le CICR, la FICR, 190 sociétés nationales, et les 196 Etats parties aux Conventions.

Lire l’article complet sur le site de La Tribune de Genève


Sur le même sujet

OTAN: «Nous ne voulons pas d’une nouvelle guerre froide»

01/05/2016. Passeurs en Méditerranée, terrorisme, confrontation avec la Russie, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, s’explique.

«Il faut 3 à 4 ans de travail pour se faire tolérer par Boko Haram»

04/02/2017. Le CICR est l’une des rares institutions à parler avec l’Etat islamique, les talibans ou les djihadistes nigérians.