48 ONG humanitaires signent une déclaration conjointe

27/02/2015. Face à l’augmentation des menaces pour la sécurité des travailleurs de l’aide humanitaire mais également face aux restrictions de certains Etats entravant l’accès impartial des populations aux secours,  48 ONG réaffirment leur attachement aux principes humanitaires. 

Cette déclaration demande aux acteurs humanitaires, aux donateurs, aux États et à toutes les parties impliquées dans les conflits :

  • De réaffirmer leur engagement à respecter et à promouvoir les principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, vers toutes les parties prenantes impliquées dans les crises humanitaires, et de réaffirmer la valeur de l’impératif humanitaire;
  • D’examiner et revoir toutes les politiques humanitaires dans le respect des principes humanitaires et de renforcer les engagements existants concernant les bonnes pratiques tels que les principes du GHD (Les Principes et Bonnes Pratiques pour l’Aide Humanitaire (GHD)
  • De protéger le droit fondamental pour les populations touchées à l’accès à l’aide humanitaire;
  • De permettre et de favoriser le libre accès et sans entraves à toutes les populations nécessitant une assistance et de promouvoir la sécurité, la protection et la liberté de circulation du personnel humanitaire.

Lire la déclaration (en anglais) 


Sur le même sujet

Fondations nationales et internationales : quels soutiens pour quels secteurs ?

27/02/2019. Les débats publics au Club suisse donnent un éclairage sur l’actualité en faisant appel à des experts.

Des ressources et des « mots justes » pour en finir avec l’épidémie de la maladie à virus Ebola

20/03/2015. Cette campagne « Des mots contre Ebola » vise à promouvoir des activités d’information et de sensibilisation pour réduire la peur, éviter tout relâchement de la vigilance et créer une communauté de soutien mondiale afin de parvenir à l’objectif de zéro cas d’Ebola.

Cameroun : aider les réfugiés centrafricains à surmonter les traumatismes des massacres.

24/05/2015. Deux ans après le coup d’Etat en Centrafrique, près de 450.000 personnes ont fuit les combats et les massacres pour se réfugier dans les pays voisins.