La Syrie, laboratoire d’un nouvel ordre régional au Moyen-Orient

Le rôle de la Russie et la crédibilité de l’engagement des États-Unis en Syrie ont dominé les débats de la Conférence sur la sécurité de Munich

Quel ordre international émergera du conflit au Levant ? Comment l’Union européenne survivra-t-elle aux défis de la crise migratoire et au conflit en Ukraine, sans compter ceux de la fragilité persistante de la zone euro et de la menace du « Brexit » ? Ces questions ont dominé les débats pendant les trois jours de la 52e Conférence sur la sécurité de Munich.

« La Syrie est le laboratoire d’un nouvel ordre régional au Moyen-Orient », résume Jan Techau, directeur de Carnegie Europe.

Le très fragile accord sur une « cessation des hostilités » adopté vendredi 12 février à Munich par les 17 pays du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) montre que même si le confit devient coûteux pour tous les acteurs, tous ne semblent pas encore prêts à un véritable compromis.

Dans une atmosphère lourde, la question du rôle de la Russie a dominé les échanges. Dimitri Medvedev a accusé l’Otan d’être « toujours aussi inamicale et opaque » en demandant à son secrétaire général si on était « en 2016 ou en 1962 ». « Nous avons glissé, a-t-il affirmé, dans une période de nouvelle guerre froide ».

Les dirigeants russes attribuent la responsabilité du terrorisme, de la crise migratoire, de la crise en Ukraine et du printemps arabe aux « initiatives infructueuses d’imposer une démocratie à l’occidentale ». À ceux qui demandent à Moscou de mettre fin à ses bombardements sur la population civile et l’opposition « modérée » en Syrie, le premier ministre russe répond qu’il n’en existe « aucune preuve « .

Lire l’article complet sur le site La Croix


Sur le même sujet

Emmanuel Macron: «L’Europe n’est pas un supermarché. L’Europe est un destin commun»

21/06/2017. Un seul sujet pour cet entretien accordé par Emmanuel Macron à huit journaux européens : la place de la France sur la scène internationale.

01/12/2015. Qui est l’ennemi ? Exprimée sans détour, cette interrogation reflète d’abord la perplexité devant les tensions d’un monde qui se complexifie en permanence.

L’indépendance totale du CICR est d’une importance cruciale

16/06/2020. La neutralité du CICR est un fardeau pour ses délégués. Mais elle est indispensable non seulement pour remplir la mission qui lui est assignée, mais aussi pour assurer leur sécurité sur le terrain.