A la Une

La Syrie, laboratoire d’un nouvel ordre régional au Moyen-Orient

Le rôle de la Russie et la crédibilité de l’engagement des États-Unis en Syrie ont dominé les débats de la Conférence sur la sécurité de Munich

Quel ordre international émergera du conflit au Levant ? Comment l’Union européenne survivra-t-elle aux défis de la crise migratoire et au conflit en Ukraine, sans compter ceux de la fragilité persistante de la zone euro et de la menace du « Brexit » ? Ces questions ont dominé les débats pendant les trois jours de la 52e Conférence sur la sécurité de Munich.

« La Syrie est le laboratoire d’un nouvel ordre régional au Moyen-Orient », résume Jan Techau, directeur de Carnegie Europe.

Le très fragile accord sur une « cessation des hostilités » adopté vendredi 12 février à Munich par les 17 pays du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) montre que même si le confit devient coûteux pour tous les acteurs, tous ne semblent pas encore prêts à un véritable compromis.

Dans une atmosphère lourde, la question du rôle de la Russie a dominé les échanges. Dimitri Medvedev a accusé l’Otan d’être « toujours aussi inamicale et opaque » en demandant à son secrétaire général si on était « en 2016 ou en 1962 ». « Nous avons glissé, a-t-il affirmé, dans une période de nouvelle guerre froide ».

Les dirigeants russes attribuent la responsabilité du terrorisme, de la crise migratoire, de la crise en Ukraine et du printemps arabe aux « initiatives infructueuses d’imposer une démocratie à l’occidentale ». À ceux qui demandent à Moscou de mettre fin à ses bombardements sur la population civile et l’opposition « modérée » en Syrie, le premier ministre russe répond qu’il n’en existe « aucune preuve « .

Lire l’article complet sur le site La Croix


Sur le même sujet

Angela Merkel: «Abattez les murs de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit!»

05/06/2019. Il y a une semaine, la chancelière allemande livrait un discours aux étudiants de Harvard en forme de testament politique.

Les droits de l’homme pourront-ils rester universels ?

18/12/2017. Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, défend l’universalité des droits de l’homme de plus en plus contestée par les puissances.

Morale et diplomatie peuvent-elles se rencontrer ?

15/01/2020. On définit ordinairement la politique étrangère comme l’art de servir au mieux les intérêts nationaux d’un Etat. Mais la morale entre-t-elle en ligne de compte dans ce domaine ?