Les ONG syriennes en manque de reconnaissance

18/03/2015. Les ONG locales syriennes impliquées en première ligne dans le conflit veulent plus de reconnaissance de la communauté humanitaire au sens large ainsi que la chance d’accéder à un financement direct, plutôt que de travailler seulement comme exécutants silencieux pour les ONG internationales.

Une communication limitée en partie à cause des barrières linguistiques et culturelles, mais aussi à des préoccupations autour de terrorisme a conduit à des opérations parallèles et doubles, la concurrence pour le financement des bailleurs de fonds, le personnel braconnage et un sentiment général de méfiance.

Les tensions dans la relation entre les groupes locaux et internationaux en Syrie ont été citées dans un nouveau rapport par le Humanitarian Policy Group (HPG) à l’Overseas Development Institute (ODI) de Londres, qui a appelé à une approche plus souple et des partenariats plus équitables.

Le sujet est susceptible de figurer en bonne place à l’ordre du jour au Sommet Humanitaire Mondial

Lire l’article (en anglais) sur le site de L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés

 


Sur le même sujet

La folie de laisser Rakka aux mains de Daech

20/11/2016. La folie de laisser Rakka aux mains de Daech. Du fait d’un accord par défaut entre Washington et Moscou, la ville syrienne reste toujours sous le contrôle du groupe terroriste.

Joseph Yacoub : «Quelle identité pour la Syrie de demain ?»

L’historien des minorités chrétiennes en Orient rappelle que la Syrie est un pays aux identités anciennes et multiples.

Yves Daccord: «Les attentes envers le CICR ont changé»

24/07/2018. Le CICR vient d’adopter sa nouvelle stratégie 2019-2023. Son directeur général souligne l’importance du numérique et de trouver de nouveaux modèles de financement.