«Une solution finale est en route pour les chrétiens d’Orient»

Frédéric Pons, professeur à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et journaliste, fait le point sur la situation en Syrie, déplorant l’aveuglement de l’Occident.

Le conflit syrien, débuté en 2011, a probablement fait 300 000 victimes. Sa durée et sa violence s’expliquent par l’intervention de puissances extérieures qui l’alimentent en armements et en combattants. Les puissances occidentales ont soutenu les opposants à Bachar al Assad, alors qu’elles avaient sous les yeux l’exemple des déstabilisations de l’Irak et de la Lybie.

« On connaît la nature de la rébellion, assure Frédéric Pons. Il n’y a pas d’islamistes modérés ! Les chrétiens qui vivaient dans les zones qu’ils contrôlent connaissent le sort des Serbes au Kosovo. »

Mais alors, qui sont les coupables des malheurs de nos frères chrétiens d’Orient ? Frédéric Pons détaille les niveaux de responsabilité.

Les premiers, sur le terrain, sont bien entendu les mouvements islamistes, Daesh en tête, mais, assure-t-il, les autres mouvances y compris les « rebelles modérés » feraient comme l’État islamique s’ils en avaient les capacités. Ce qui amène au deuxième niveau de responsabilité : l’islam conquérant. Un islam « dont la violence est proportionnée à ses échec vis-à-vis de l’Occident depuis le XIXe siècle ».

Lire l’article sur site Aleteia


Sur le même sujet

«L’abandon honteux des chrétiens d’Orient»

07/01/2019. Il y a un domaine où la planète a indéniablement régressé depuis 1945, et où la responsabilité occidentale est patente. C’est celui de la liberté de conscience et de religion.

La liberté religieuse, contre la tyrannie moderne

27/09/2015. Lors de sa visite aux Etats-Unis Le Saint Père a rencontré la communauté hispanique et des immigrants sur le thème de la liberté religieuse à Philadelphie.

Emmanuel Macron aux Bernardins : le discours

09/04/2018. Organisée par la Conférence des évêques de France (CEF), une grande soirée inédite s’est tenu au Collège des Bernardins, en présence du président Emmanuel Macron et de 400 invités.