Quand la vie ne tient qu’à un verre d’eau… potable

Les ravages de l’eau insalubre sont insoupçonnés.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau le mardi 22 mars, L’ONG Solidarités International a publié ces chiffres effarants : 2,6 millions de personnes (dont 1,8 million d’enfants) meurent encore chaque année de maladies liées à l’eau insalubre. Une personne toutes les 10 secondes.

Une réalité largement ignorée du grand public, comme l’indiquent les résultats du sondage Odoxa 2016 réalisé par l’ONG dans le cadre de son Baromètre de l’eau 2016. Une publication qui dresse l’état des lieux de l’accès à cette ressource vitale. Un accès marqué par des disparités gigantesques entre les habitants du globe : nous y apprenons que le volume moyen consommé par un seul Français atteint 200 L par jour quand en Afrique Subsaharienne, on se content de 15 L par jour et par personne !

2,6 millions de personnes meurent encore de l’eau insalubre

Alors même que l’accès à l’eau potable est un droit humain depuis 2010 et que des avancées notables ont été constatées tant pour l’accès à l’eau potable que contre les maladies liées à l’eau depuis 15 ans, boire est encore une action mortelle pour des millions de personnes à travers le monde.Près de la moitié de l’humanité boit chaque jour de l’eau dangereuse pour sa santé. Deux milliards et demie de personnes n’ont pas de toilettes ; 40% des écoles et des établissements de santé dans les pays en développement ne disposent pas d’installations de base pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement, alors que 50% des risques de diarrhées qui tuent chaque jour 1 000 enfants de moins de 5 ans pourraient être évités grâce au seul lavage des mains à l’eau et au savon.

Lire la suite de l’article sur le site d’Aleteia


Sur le même sujet

Les catastrophes naturelles provoquent deux fois plus de déplacements internes que les conflits

En 2015, elles ont provoqué le déplacement de 19,2 millions de personnes dans le monde.

Des drones utilisés pour évaluer les dommages des tremblements de terre

24/02/2015. Une utilisation qui permettra de réduire d’une part, le coût mais aussi de réduire les risques pris par les hommes lors des évaluations des dommages.

Les réfugiés climatiques, éternels « oubliés du Droit » ?

30/11/2015. Au cours des sept dernières années, chaque seconde environ, une personne a été déplacée par une catastrophe liée aux risques naturels