Quand la vie ne tient qu’à un verre d’eau… potable

Les ravages de l’eau insalubre sont insoupçonnés.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau le mardi 22 mars, L’ONG Solidarités International a publié ces chiffres effarants : 2,6 millions de personnes (dont 1,8 million d’enfants) meurent encore chaque année de maladies liées à l’eau insalubre. Une personne toutes les 10 secondes.

Une réalité largement ignorée du grand public, comme l’indiquent les résultats du sondage Odoxa 2016 réalisé par l’ONG dans le cadre de son Baromètre de l’eau 2016. Une publication qui dresse l’état des lieux de l’accès à cette ressource vitale. Un accès marqué par des disparités gigantesques entre les habitants du globe : nous y apprenons que le volume moyen consommé par un seul Français atteint 200 L par jour quand en Afrique Subsaharienne, on se content de 15 L par jour et par personne !

2,6 millions de personnes meurent encore de l’eau insalubre

Alors même que l’accès à l’eau potable est un droit humain depuis 2010 et que des avancées notables ont été constatées tant pour l’accès à l’eau potable que contre les maladies liées à l’eau depuis 15 ans, boire est encore une action mortelle pour des millions de personnes à travers le monde.Près de la moitié de l’humanité boit chaque jour de l’eau dangereuse pour sa santé. Deux milliards et demie de personnes n’ont pas de toilettes ; 40% des écoles et des établissements de santé dans les pays en développement ne disposent pas d’installations de base pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement, alors que 50% des risques de diarrhées qui tuent chaque jour 1 000 enfants de moins de 5 ans pourraient être évités grâce au seul lavage des mains à l’eau et au savon.

Lire la suite de l’article sur le site d’Aleteia


Sur le même sujet

Le développement durable pour gérer le risque des catastrophes

16/03/2015. Les coûts imposés par les catastrophes représentent, pour certains pays, 50 à 300% des dépenses sociales nationales.

De Marrakech à Katowice, où en est-on de la reconnaissance des migrations climatiques ?

20/12/2018. Que faut-il retenir du Pacte de Marrakech quant aux mobilités humaines liées au réchauffement planétaire et aux catastrophes naturelles ?

Changement climatique et migration de masse : une menace grandissante pour la sécurité mondiale

19/01/2017. Le nombre de personnes déplacées par le changement climatique dépend en grande partie des efforts mis en œuvre aujourd’hui pour atténuer les effets à venir.