Syrie : La multiplication des initiatives diplomatiques se heurte à la réalité des rapports de force

Le point de vue de Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS

Il y a multiplication d’initiatives diplomatiques qui sont le produit d’une situation inextricable à ce jour. Il y a deux semaines, il y avait eu un espoir, certes très relatif de mise en œuvre de pourparlers de paix entre les différentes parties au conflit en Syrie.

L’intensification de l’intervention militaire russe, notamment autour de la région d’Alep, a malheureusement rendu vaine la poursuite des discussions qui avaient été initiées à Genève.

Aujourd’hui, la situation militaire et politique, mais surtout humanitaire, pose un défi d’ampleur à ladite communauté internationale. C’est pourquoi on voit éclore une série d’initiatives diplomatiques dont aucune n’est en tant que telle mauvaise mais dont aucune n’est capable de véritablement s’imposer aux autres. Considérant le blocage de la situation et l’incapacité à tenter de reprendre le fil politique, il y a une sorte de fuite en avant.

« Les diplomaties qui avaient déployé beaucoup d’énergie pour tenter de faire reprendre le cours des pourparlers diplomatiques à Genève sont dépassées par les initiatives russes qui ne sont pas le fruit du hasard. Le moment a été particulièrement calculé. Aujourd’hui, les troupes fidèles à Bachar al-Assad, grâce à l’intensité de l’intervention russe, sont en train de reprendre du terrain et en situation de reprendre la ville d’Alep. Tout cela rebat les cartes. »

Concernant la question des réfugiés, il y a une totale impuissance, en particulier de la part des Européens qui sont pourtant objectivement en première ligne. Qu’on le veuille ou non, tant qu’une solution politique n’aura pas été mise en œuvre en Syrie, le flux incessant et grossissant des réfugiés provenant de Syrie continuera à s’amplifier.

Lire l’article complet sur le site de l’IRIS

Didier Billion est docteur en Science politique et certifié d’Histoire et Géographie et spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient. Auteur d’ouvrages et de nombreux articles sur les problématiques régionales, il a en outre rédigé de multiples études et notes de consultance pour des institutions françaises (ministère de la Défense, ministère des Affaires étrangères) ainsi que pour des entreprises françaises agissant au Moyen-Orient.


Sur le même sujet

Les dirigeants de l’ONU et du CICR lancent un avertissement conjoint

31/10/2015. Ban Ki-moon, et Peter Maurer, ont lancé un avertissement conjoint sur l’impact des conflits actuels sur les civils et demandent que des mesures concrètes et urgentes soient prises face à la souffrance humaine et à l’insécurité.

1992, « Du riz pour la Somalie » Le droit d’ingérence en question

10/06/2017. 1992 | La Somalie, confrontée à la guerre civile et à la famine, devient le théâtre d’une intervention militaro-humanitaire qui interroge sur le droit d’ingérence.

« L’UE risque de s’écrouler comme l’Empire romain »

27/11/15. « La première étape, c’est s’assurer que les frontières soient contrôlées », a soutenu le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte.