A la Une

« Quel que soit le danger, on ira là-bas »

Vidéo publié sur le site de la chaîne France 2 le 30/10/2019

Des migrants de plus en plus nombreux tentent de traverser la Manche par tous les moyens

Des migrants secourus en mer sur une embarcation de fortune : cette scène, devenue tristement courante en Méditerranée, se reproduit aussi de plus en plus souvent dans la Manche. Les autorités ont recensé 237 tentatives depuis le début de l’année, contre 71 en 2018 et seulement 12 en 2017.

Plus de 1 400 migrants ont réussi à gagner le Royaume-Uni en 2019, mais, pour la première fois, deux d’entre eux ont été retrouvés morts sur une plage française en octobre. Une équipe de France 2 s’est rendue dans le nord de la France, jeudi 24 octobre, pour suivre les gendarmes et rencontrer ceux qui tentent cette dangereuse traversée.

« On a l’impression de mourir à chaque vague »

Durant cette seule journée, trente migrants ont été interceptés au large du Pas-de-Calais. Dans une des deux embarcations se trouve la famille Ebrahimi, un couple de Kurdes d’Iran et leurs trois enfants, dont c’est la deuxième tentative infructueuse. « On ne fait pas ça pour le plaisir », explique le père, Edris. « Les Kurdes sont attaqués par la Turquie, la Syrie, l’Iran. C’est un vrai problème ».

Le lendemain, à Calais, la famille, qui rejoindrait des proches outre-Manche, reste déterminée. « Je veux qu’on arrive en Angleterre », assure la fille ainée. « Quel que soit le danger, quels que soient les obstacles, on ira là-bas ». « Je sais que c’est dangereux. On a l’impression de mourir à chaque fois qu’on prend le bateau, à chaque vague », reconnaît sa mère. Mais elle n’envisage pas de rester en France.


Sur le même sujet

La folie de laisser Rakka aux mains de Daech

20/11/2016. La folie de laisser Rakka aux mains de Daech. Du fait d’un accord par défaut entre Washington et Moscou, la ville syrienne reste toujours sous le contrôle du groupe terroriste.

2017 : 40ème anniversaire des protocoles additionnels aux Conventions de Genève

04/01/2017. Ces textes de Droit international humanitaire ont été et demeurent déterminants pour mieux protéger les victimes des conflits armés, qu’ils soient internationaux (Protocole 1) ou internes (Protocole 2).

Le chemin de croix du Sud Soudan

05/06/2017. Cette crise alimentaire gravissime n’est pas tant le fait de mauvaises récoltes ou d’une sécheresse, que d’une guerre civile entre deux ethnies qui pourrait mener à un génocide.