Protéger la santé : une priorité humanitaire

21/01/2015. Fin décembre 2014, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté ce qui pourrait devenir une résolution historique appelant à des actions concertées et spécifiques par les États pour protéger les travailleurs de la santé de la violence et d’assurer l’accès des patients aux soins de santé dans les situations de conflit ou d’insécurité.

La résolution, fondée sur le droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire, a été parrainé par la Norvège et d’autres membres de la santé mondiale et certains groupes politiques étrangères (Brésil, France, Indonésie, Norvège, Sénégal, Afrique du Sud et Thaïlande) et co-sponsorisée par 62 états.

Singapour a noté que ce projet de texte « était un rappel brutal de la violence croissante et des attaques délibérées contre des travailleurs de la santé dans les zones de conflit »

Lire l’article (en anglais) sur le site de l’ODI-HPN


Sur le même sujet

Burkina-Faso : Plus d’un million de personnes ont besoin d’aide humanitaire

14/02/2019. « 1,2 million de personnes ont urgemment besoin d’assistance » au Burkina Faso qui « fait face à des urgences humanitaires sans précédent » selon un communiqué conjoint d’Ocha et du gouvernement burkinabè.

Un technocrate britannique à la tête des opérations humanitaires des Nations Unies

10/05/2017. Mark Lowcock reprend le flambeau alors que 4 pays sont menacés par la famine, que les principes humanitaires sont foulés au pied en Syrie.

«L’aide humanitaire ne suffira pas à sauver le Yémen»

03/04/2017. L’ONU a réuni 2 milliards de dollars pour aider le Yémen. L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui bombardent le pays, se sont montrés particulièrement généreux.