A la Une

NEWSLETTER | Semaine du jeudi 27 avril 2017

 

 

 

 

 

NEWSLETTER
Semaine du jeudi 27 2017

Abonnez-vous

 

 

 

 

FOCUS SUR

 

 

La Libye :
sujet principal de la rencontre avec
l’Organisation internationale pour les migrations

04/04/2017. William Lacy Swing, Directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a été reçu  par le Grand Chancelier de l’Ordre souverain de Malte, Albrecht Boeselager au Palais Magistral. La réunion a porté sur la difficile situation en Libye, les perspectives et l’engagement de l’OIM et de l’Ordre de Malte pour la normalisation du pays et pour réduire le trafic de migrants.Il y a deux semaines, l’Ordre de Malte à Rome a réuni des institutions – parmi lesquelles l’OIM – ainsi que les représentants libyens pour discuter du phénomène des migrations en Libye, dont 90 pour cent des immigrants arrivent sur les côtes italiennes.

Les discussions d’aujourd’hui ont porté sur le Pacte mondial pour la migration : le processus lancé par l’ONU pour obtenir des États membres, d’ici 2018, la signature d’un traité sur la façon de faire face à la crise migratoire, réaffirmant les obligations de respect des droits des réfugiés, invitant à fournir une aide aux pays touchés par les migrations et incitant à lutter contre l’exploitation et la xénophobie. « Le Pacte mondial représente une occasion extraordinaire que nous ne pouvons pas manquer », a déclaré l’Ambassadeur Swing.

Lire la suite …

 

 

Derniers articles mis en ligne

 

 

 

 

Vers un « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » : pour un dialogue permanent sur la migration

26/04/2017. Renforcer la coopération internationale en matière migratoire et la gouvernance des migrations en vue de l’adoption d’un « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » (« Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration ») en 2018 est l’objectif que s’est fixée la communauté internationale lors du Sommet de New York sur les réfugiés et les migrants le 19 septembre 2016.

Après les réunions à Genève des 5, 6 et 7 avril du Forum mondial sur la migration et le développement (« Global Forum on Migration and Development » – GFMD), un premier atelier du Dialogue international sur la migration (« International Dialogue on Migration » – IDM), pour contribuer aux travaux préparatoires du Pacte s’est tenu à New York les 18 et 19 avril.

Ce tout premier Dialogue international sur la migration (IDM) de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) depuis que l’OIM a rejoint les Nations Unies l’année dernière, a rassemblé plus de 300 représentants d’Etats, de la société civile et d’autres acteurs clés en la matière.

Les participants ont fait part de recommandations pour développer la cohérence entre les différents niveaux de gouvernance des migrations, pour promouvoir les mécanismes de coopération en matière de migration et pour identifier des éléments concrets pour la création d’un cadre mondial de la migration.

« Le Pacte mondial représente une occasion historique de réaliser l’objectif d’un monde où les migrants se déplacent par choix plutôt que par nécessité, un monde de possibilités de migration par des voies sûres, ordonnées et régulières, et un monde dans lequel la migration est bien gérée et représente une force positive pour les individus, les sociétés et les Etats », a déclaré William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM, lors de son discours d’ouverture. Et d’ajouter : « l’OIM imagine un Pacte mondial qui mettra les besoins, les capacités et les contributions des migrants au cœur de sa mission, en vue de garantir leur sécurité, leur dignité et leurs droits fondamentaux. »

Louise Arbour, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les migrations internationales (SRSG), s’est jointe à l’Ambassadeur Swing pour souligner que la communauté internationale avait désormais « la grande responsabilité d’œuvrer pour une migration sûre, ordonnée et régulière, de manière raisonnée et réaliste, en vue d’améliorer la vie de millions de personnes migrantes, de ceux qu’elles laissent derrière elles et de ceux qui les accueilleront en chemin et à leur destination finale. » « Il nous appartient à tous ici d’accepter pleinement la mobilité humaine et de reconnaître qu’une bonne gouvernance des migrations nécessite un engagement dans une réelle coopération. »

Lire la suite »

share on Twitter Like Vers un « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » : pour un dialogue permanent sur la migration on Facebook Google Plus One Button


Favoriser l’intégration des personnes migrantes par l’apprentissage du français

06/04/2017. Fidèle à sa tradition de secours aux réfugiés et aux migrants, l’Ordre de Malte France accompagne des familles dans leur parcours d’intégration en France depuis plus de quinze ans.

Cette année, des cours de Français langue étrangère (FLE) ont été expérimentés avec l’aide de la Mairie de Paris, afin de faciliter l’autonomie et l’intégration de personnes migrantes.

Ces cours, exclusivement dispensés par des bénévoles, bénéficient pour l’instant à une trentaine de demandeurs d’asile, résidents d’un centre d’hébergement géré par l’association Aurore à Ivry-sur-Seine.

Ils sont soudanais, afghans, érythréens… mais ils partagent un dénominateur commun : ils fuient des pays en guerre et souffrent d’un profond déracinement.

Accueillis au Centre d’hébergement d’urgence Ivry-Massena géré par l’association Aurore, ces 170 réfugiés sont, pour la plupart, demandeurs d’asile en France.

Si certains d’entre eux sont concernés par la procédure Dublin et sont donc susceptibles d’être renvoyés vers un autre État de l’Union européenne, beaucoup seront amenés à rester en France dans le cadre de leur demande d’asile.

Une bonne intégration dans un pays nouveau étant grandement facilitée par la langue, il est indispensable que ces résidents puissent rapidement assimiler les fondamentaux du français.

Lire la suite »

share on Twitter Like Favoriser l’intégration des personnes migrantes par l’apprentissage du français on Facebook Google Plus One Button


Le Dialogue international de l’OIM sur la migration ouvre la voie à des consultations pour un Pacte mondial sur les migrations

18/04/2017.

La réunion du Dialogue international de l’OIM sur la migration (IDM), qui s’est déroulée les 18 et 19 avril, a débuté aux Nations Unies, à New York, sous le thème « Renforcer la coopération internationale et la gouvernance des migrations en vue d’adopter un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en 2018.

L’IDM réunit les Etats et les acteurs clés de la migration dans tous les secteurs concernés afin d’échanger des points de vue et d’identifier des actions concrètes et réalistes pour renforcer la coopération internationale et la gouvernance des migrations.

La réunion est l’occasion pour les Etats et tous les acteurs compétents en matière de migration d’encadrer les objectifs principaux du Pacte mondial et de l’intégrer dans les structures normatives existantes et dans le Programme pour le développement durable 2030.

Le Directeur général de l’OIM, William Lacy Swing, prononcera les mots suivants plus tard dans la journée : « le Pacte mondial représente une occasion historique de réaliser l’objectif d’un monde où les migrants se déplacent par choix plutôt que par nécessité, un monde de possibilités de migration par des voies sûres, ordonnées et régulières, et un monde dans lequel la migration est bien gérée et représente une force positive pour les individus, les sociétés et les Etats. »

L’Ambassadeur Swing ajoutera que l’OIM « imagine donc un Pacte mondial qui mettra les besoins, les capacités et les contributions des migrants au cœur de sa mission, en vue de garantir leur sécurité, leur dignité et leurs droits fondamentaux. »

Lire la suite »

share on Twitter Like Le Dialogue international de l’OIM sur la migration ouvre la voie à des consultations pour un Pacte mondial sur les migrations on Facebook Google Plus One Button


Le Nonce en Ukraine défend une diplomatie «des petits accords»

11/04/2017. Mgr Claudio Gugerottile nonce apostolique en Ukraine a donné dimanche 9 avril 2017 une conférence de presse à Vinnytsia, dans l’ouest du pays, retranscrite par le site Sismografo.

Un an après un vibrant appel du Pape François et le lancement d’une collecte pour les Ukrainiens, Mgr Gugerotti réfute notamment que le Pape ait oublié la situation du pays. «La manière du Pape d’en parler, c’est d’agir (…) quand il m’a envoyé à Avdiivka pendant les bombardements. Et quand il m’a fait porter 200.000 euros pour les enfants», soutient-il. Le nonce défend une diplomatie vaticane qui n’agit pas en répétant continuellement le même message «à voix haute» mais en aidant «des petits accords de paix, des petites ententes, des petites actions humanitaires, des petits contacts, afin que de ce qui est petit émerge ce qui est grand».

«Pour moi la chose la plus importante est que les gens se rencontrent en tant que personnes, qu’elles s’acceptent comme des personnes et ne regardent pas seulement les lieux de provenance», affirme Mgr Gugerotti.

Lire la suite »

share on Twitter Like Le Nonce en Ukraine défend une diplomatie «des petits accords» on Facebook Google Plus One Button


William Lacy Swing Directeur général de l’OIM | Conférence de Bruxelles sur la Syrie

05/04/2017. Vos excellences,
Chers invités,

Au nom de l’Organisation internationale pour les migrations, j’ai l’honneur de vous faire part de quelques considérations relatives à l’avenir de la Syrie :

L’avenir de la Syrie sera désolant si les besoins actuels ne sont pas considérés avec un sens accru d’urgence. Sept années de conflit ; nous n’entrevoyons aucune fin à la souffrance et à la précarité dans lesquelles vivent les plus de 10 millions de Syriens qui ont été forcés à quitter leurs habitations. Malgré des haltes sporadiques et partielles des affrontements, les Syriens continuent d’être confrontés, chaque jour, à un niveau de difficulté aux proportions presque inégalées. Durant 2016 seulement, 4 000 personnes ont été déplacées chaque jour à l’intérieur de la Syrie, à cause de l’insécurité, parce que leurs maisons ont été détruites, parce qu’elles n’ont plus accès aux services de base, parce qu’elles ont perdu tous leurs moyens de subsistance.

Les partenaires humanitaires restent aux côtés des Syriens et fournissent de l’aide à des millions de personnes chez eux, dans les centres collectifs, les camps, les écoles et les hôpitaux. Ils le font en dépit du danger, des attaques délibérées, des pressions et parfois même de la politisation accrue de la réponse. Et même si les intervenants humanitaires continueront d’être là pour les Syriens aussi longtemps que nécessaire, le «remède» humanitaire a ses limites. Les solutions ne peuvent être que politiques et nécessiteront des compromis de la part de toutes les parties au conflit.

Lire la suite »

share on Twitter Like William Lacy Swing Directeur général de l’OIM | Conférence de Bruxelles sur la Syrie on Facebook Google Plus One Button


Les migrants: du pain béni pour les pays d’accueil

14/04/2017. Par Ian Goldin et Jonathan Woetze.

Une grande partie des débats sur l’immigration qui font rage actuellement dans le monde entier reflètent l’hypothèse fallacieuse selon laquelle l’accueil des migrants est un acte de générosité – et un acte coûteux, par-dessus le marché. Pourtant, loin d’être un fardeau économique, les immigrants représentent une opportunité économique importante pour les pays de destination. Les pays qui adoptent une approche réfléchie et à long terme sur l’immigration peuvent en tirer d’importants avantages tangibles.

Une nouvelle étude du McKinsey Global Institute (MGI) montre que les migrants transfrontaliers (plus de 90 % de ceux qui ont déménagé pour des raisons économiques), ne représentent que 3,4 % de la population mondiale, mais près de 10 % du PIB mondial. Parce que près des deux tiers de ces migrants vivent dans les pays développés, où la productivité a tendance à être plus forte, ils maximisent l’impact de leur travail, par des avantages économiques considérables. Des migrants de tous niveaux de qualification contribuent à cet effet.

Les migrants ont ajouté environ 6,7 billions de dollars au PIB mondial en 2015 (soit 3 billions de dollars de plus que ce qu’ils auraient produit s’ils étaient restés dans leur pays d’origine.

Lire la suite »

share on Twitter Like Les migrants: du pain béni pour les pays d’accueil on Facebook Google Plus One Button


Famine en Afrique : le silence de la communauté internationale

Avril 2017. Des représentants des organisations humanitaires internationales Médecins sans Frontières, Médecins du Monde et l’Alliance internationale pour la défense des droits et des libertés (AIDL) ont déploré jeudi « le silence » de la communauté internationale sur le conflit au Yémen.

Le responsable de la cellule urgence de MSF, Laurent Sury a dénoncé « le silence diplomatique, pour ne pas mentionner la communauté internationale », lors d’une conférence organisée à Paris sur le bilan humanitaire au Yémen, entré dans sa troisième année de guerre.

« Depuis le début de ce conflit, nous avons fait plusieurs rencontres et les gens sont très gênés, mais il est clair qu’aucune diplomatie, aucun gouvernement aujourd’hui ne veut condamner ce qu’il se passe au Yémen » , a-t-il regretté, avant de critiquer l’attitude de certains Etats, « sous pression » compte tenu de leurs partenariats avec l’Arabie saoudite, notamment la vente d’armes.

Depuis mars 2015, l’Arabie saoudite intervient au Yémen à la tête d’une coalition militaire arabe qui soutient les forces gouvernementales du président Abd Rabbo Mansour Hadi, contre les rebelles chiites Houthis qui ont conquis la capitale Sanaa et occupent de vastes territoires.

Lire la suite »

share on Twitter Like Famine en Afrique : le silence de la communauté internationale on Facebook Google Plus One Button


«On assiste à une récession globale des valeurs démocratiques à travers le monde»

18/04/2017 par Frédéric Koller. Maina Kiai est le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit de réunion pacifique et d’association. Après six années, il quittera cette fonction en juin sur un constat amer: partout la société civile recule.

Depuis 2011, le Kényan Maina Kiai est rapporteur spécial des Nations unies sur le droit de réunion pacifique et d’association. Dans quelques semaines, il présentera son dernier rapport sur les accomplissements de la société civile en matière de promotion et de protection des droits de l’homme. Son constat est sévère: partout la société civile est en recul, les ONG sur la défensive. Il explique pourquoi.

Le Temps: De plus en plus de pays adoptent des lois destinées à limiter l’accès des ONG internationales à leur territoire. Assiste-t-on au grand reflux de la société civile internationale?

Maina Kiai: La question des attaques ou des restrictions visant les ONG ne concerne pas que les entités internationales, mais toutes les ONG, et plus particulièrement les ONG nationales. Depuis une décennie, les gouvernements accueillent le business international, mais refusent les idées internationales. Google, Apple peuvent investir en Chine, en Russie ou en Turquie. Mais si c’est Amnesty International ou Human Rights Watch, cela devient problématique. L’argent oui, les idées non. Le business, comme les ONG, est un acteur non étatique: il devrait donc être soumis aux mêmes règles fiscales. C’est une attaque contre la gouvernance mondiale. Voyez ce qu’il se passe en Macédoine ou en Hongrie: on fait de George Soros une cible de la haine. Pourquoi? Car c’est une des rares personnes qui veulent mettre de l’argent pour une société plus ouverte. Le problème n’est pas Soros, mais les idées.

Lire la suite »

share on Twitter Like «On assiste à une récession globale des valeurs démocratiques à travers le monde» on Facebook Google Plus One Button


Face aux violations des droits de l’homme, le chef de l’ONU appelle à l’unité du Conseil de sécurité

18/04/2017. Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné que le respect des droits de l’homme représente un élément crucial de la prévention qui constitue un moyen essentiel de « réduire les souffrances humaines, de créer des sociétés stables et prospères et de permettre aux populations d’atteindre leur plein potentiel ».

Pour M. Guterres, la transformation d’alertes précoces en actions anticipées dépend de la confiance entre les États membres et dans leurs relations avec l’ONU. « Le Conseil de sécurité a un rôle majeur à jouer », a-t-il souligné, citant l’article 24 de la Charte des Nations Unies: « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales incombe à ce Conseil ‘afin d’assurer une action rapide et efficace’ ».

Lire la suite »

share on Twitter Like Face aux violations des droits de l’homme, le chef de l’ONU appelle à l’unité du Conseil de sécurité on Facebook Google Plus One Button


Ensemble, luttons contre le manque d’eau dans le monde

24/02/2017. Le Pape rappelle le droit de tous à avoir accès à l’eau.

«Le droit humain à l’eau, une étude interdisciplinaire sur le rôle central des politiques publiques dans la gestion de l’eau et des services environnementaux» : tel est le thème d’un nouveau séminaire qui s’est réuni ces 23 et 24 février à l’Académie Pontificale des Sciences, dans les jardins du Vatican.

Pendant deux jours, des experts du monde entier parmi lesquels de nombreux Argentins sont venus débattre sur les nombreuses thématiques qui ont trait à ce droit fondamental. Ils ont été salués par le Pape François cet après-midi.
Comme le rappelle le livre de la Genèse, l’eau est au principe de toutes les choses, a d’emblée souligné le Pape, relevant que cette question d’accès à l’eau n’était pas marginal mais bien au contraire fondamentale et très urgente. Toute personne a droit à un accès à l’eau potable et sûre, c’est un droit humain essentiel, a rappelé François, citant son encyclique Laudato Si,. Un problème qui regarde chacun d’entre nous, il faut donc pour cela trouver des solutions effectives, réellement capables de dépasser les égoïsmes qui empêchent la réalisation de ce droit vital.

Lire la suite »

share on Twitter Like Ensemble, luttons contre le manque d’eau dans le monde on Facebook Google Plus One Button


 

 

 

Like

 

 

Tweeter

 

 

+1

 

 

Transférer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © *|CURRENT_YEAR|* Fondation de l’ordre de Malte France, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes inscrits sur nos liste
Désinscription