Dimanche 17 Décembre 2017
 

A la Une

Ensemble, luttons contre le manque d’eau dans le monde

Articles parus sur les sites de :

Radio Vatican le 24/02/2017

Action contre la Faim le 22/02/2017

Le Pape rappelle le droit de tous à avoir accès à l’eau

«Le droit humain à l’eau, une étude interdisciplinaire sur le rôle central des politiques publiques dans la gestion de l’eau et des services environnementaux» : tel est le thème d’un nouveau séminaire qui s’est réuni ces 23 et 24 février à l’Académie Pontificale des Sciences, dans les jardins du Vatican.

Pendant deux jours, des experts du monde entier parmi lesquels de nombreux Argentins sont venus débattre sur les nombreuses thématiques qui ont trait à ce droit fondamental. Ils ont été salués par le Pape François cet après-midi.
Comme le rappelle le livre de la Genèse, l’eau est au principe de toutes les choses, a d’emblée souligné le Pape, relevant que cette question d’accès à l’eau n’était pas marginal mais bien au contraire fondamentale et très urgente. Toute personne a droit à un accès à l’eau potable et sûre, c’est un droit humain essentiel, a rappelé François, citant son encyclique Laudato Si,. Un problème qui regarde chacun d’entre nous, il faut donc pour cela trouver des solutions effectives, réellement capables de dépasser les égoïsmes qui empêchent la réalisation de ce droit vital.

Dans son discours, le Pape s’est dit “choqué“ d’apprendre notamment que “1000 enfants en meurent chaque jour“, tandis que des millions de personnes sont encore condamnés à en boire, n’hésitant pas à prendre un ton alarmiste : « Je me demande si au milieu de cette troisième guerre mondiale par morceaux que nous vivons, nous ne sommes pas en chemin vers la grande guerre mondiale pour l’eau» s’est-il inquiété.

Ce droit à l’eau est déterminant pour la survie des personnes, a poursuivi le Pape, il décide de l’avenir de l’humanité. Par conséquent, il est nécessaire d’éduquer les prochaines générations à la gravité de cette réalité. Parce que le respect de l’eau est une condition de l’exercice des autres droits humains, François appelle donc à agir, invitant tous les acteurs, qu’ils soient scientifiques, gouvernants ou entrepreneurs à faire cause commune.

Le Souverain Pontife a également exhorté les Etats à “agir concrètement“ en s’engageant en faveur des résolutions des Nations unies adoptées en 2010 sur le droit humain à une eau potable et à l’hygiène. « Dieu Créateur ne nous abandonne pas dans ce travail pour donner à chacun un accès à l’eau » a conclu le Pape, souhaitant que ce séminaire soit une «petite contribution» pour rendre notre maison commune habitable où chacun puisse jouir des biens nécessaire pour croire en dignité.

D’après les Nations Unies, plus de 700 millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à une eau propre et potable. «L’accès à l’eau est une condition pour l’exercice des autres droits humains» rappelle le Pape François dans son encyclique Laudato Si. Le Pape, qui s’est invité à l’Académie des sciences cet après-midi, a dénoncé ces milliers d’enfants qui meurent chaque jour en raison de maladies liées à cette eau polluée.


Discours du pape François


Chers frères et sœurs, bon après-midi.

Je vous salue tous, ici présents, et je vous remercie pour votre participation à cette rencontre qui aborde la problématique du droit humain à l’eau et l’exigence de politiques publiques qui puissent faire face à cette réalité. Il est significatif que vous vous unissiez pour apporter vos connaissances et vos outils afin de donner une réponse à cette nécessité que vit l’homme d’aujourd’hui.

Comme on lit dans le livre de la Genèse, l’eau est à l’origine de toutes les choses (cf. Gn 1, 2); elle est une “créature utile, pure et humble”, source de la vie et de la fécondité (cf. Saint François d’Assise, Cantique des Créatures). C’est pourquoi la question que vous traitez n’est pas marginale, mais bien fondamentale et très urgente. Fondamentale parce que là où il y a l’eau il y a la vie, et la société peut naître et progresser. C’est urgent parce que notre maison commune a besoin de protection et également que l’on comprenne que toute eau n’est pas vie : seulement l’eau sûre et de qualité – en restant avec la figure de saint François : l’eau “qui sert avec humilité”, l’eau “chaste”, non contaminée.

Toute personne a droit à l’accès à l’eau potable et sûre ; c’est un droit humain essentiel et une des questions cruciales dans le monde actuel (cf. Encyclique Laudato si’, n. 30; Encyclique Caritas in veritate, n. 27). C’est douloureux quand la législation d’un pays ou d’un groupe de pays ne considère pas l’eau comme un droit humain. Plus douloureux encore quand on néglige ce qui a été écrit et que l’on nie ce droit humain. C’est un problème qui concerne tous, qui fait supporter à notre maison commune tant de misère et qui réclame des solutions effectives, vraiment capables de dépasser les égoïsmes qui empêchent la mise en œuvre de ce droit vital pour tous les êtres humains. Il est nécessaire d’attribuer à l’eau la centralité qu’elle mérite dans le cadre des politiques publiques. Notre droit à l’eau est aussi un devoir vis-à-vis de l’eau. Du droit que nous en avons, dérive une obligation qui lui est liée et qui ne peut s’en distinguer. Il est indispensable d’annoncer ce droit humain essentiel et de le défendre – comme c’est en train d’être fait -, mais aussi d’agir de façon concrète ; en assurant un engagement politique et juridique vis-à-vis de l’eau. En ce sens, tout Etat est appelé à concrétiser, y compris par des instruments juridiques, ce qui est indiqué dans les Résolutions approuvées par l’Assemblée générale des Nations unies en 2010 sur le droit humain à l’eau potable et à l’hygiène. D’un autre côté, tout acteur non étatique doit assumer ses responsabilités envers ce droit.

Le droit à l’eau est déterminant pour la survie des personnes (cf. Ibidem, n. 30) et décide de l’avenir de l’humanité. Il est prioritaire aussi d’éduquer les prochaines générations sur la gravité de cette réalité. La formation de la conscience est un devoir difficile; il exige conviction et dévouement. Je me demande si au milieu de cette “troisième guerre mondiale en morceau” que nous sommes en train de vivre, nous ne sommes pas en chemin vers la grande guerre mondiale pour l’eau.

Les chiffres que les Nations unies révèlent sont troublants et ne peuvent pas laisser indifférents : mille enfants meurent chaque jour à cause de maladies liées à l’eau ; des millions de personnes consomment une eau polluée. Il s’agit de données très graves ; il faut freiner et inverser cette situation. Il n’est pas trop tard, mais il est urgent de prendre conscience du besoin d’eau et de sa valeur essentielle pour le bien de l’humanité.

Le respect de l’eau est une condition pour l’exercice des autres droits humains (cf. Ibidem, n. 30). Quand nous protégerons ce doit comme fondamental, nous poserons les bases pour protéger les autres droits. Mais si nous violons ce droit essentiel, comment pourrons-nous veiller sur les autres et lutter pour eux ! Dans cet engagement de donner à l’eau la place qui lui correspond, il faut une culture de protection (cf. Ibidem, n. 231) – on dirait une chose poétique, et en effet la Création est une “poiesis”, cette culture de la protection qui est créative – et également promouvoir une culture de la rencontre, où s’unissent dans une cause commune toutes les forces nécessaires de scientifiques et d’entrepreneurs, de gouvernants et de politiciens. Il faut unir toutes nos voix dans une même cause ; ce ne seront plus des voix individuelles ou isolées, mais le cri du frère qui réclame par notre intermédiaire, c’est le cri de la terre qui demande le respect et le partage responsable d’un bien, qui est à tous. Dans cette culture de la rencontre, l’action de chaque Etat est indispensable, comme garant de l’accès universel à l’eau sûre et de qualité.

Dieu Créateur ne nous abandonne pas dans ce travail pour donner à tous et à chacun accès à l’eau potable et sûre. Mais le travail est nôtre, la responsabilité est nôtre. Je souhaite que ce séminaire soit une occasion propice pour que vos convictions soient renforcées et que vous sortiez d’ici avec la certitude que votre travail est nécessaire et prioritaire pour que d’autres personnes puissent vivre. C’est un idéal pour lequel il vaut la peine de lutter et de travailler. Avec notre “peu” nous contribuerons à rendre notre maison commune plus habitable et plus solidaire, une maison où personne n’est rejeté ni exclu, mais soigné, où nous jouissions tous des biens nécessaires pour vivre et grandir en dignité. Et n’oublions pas les données, les chiffres des Nations unies. N’oublions pas que chaque jour mille enfants – chaque jour ! – meurent de maladies liées à l’eau.

Merci.



L’accès à l’eau potable devrait être acquis pour toutes les personnes à travers le monde, pourtant, certaines populations, hommes, femmes et enfants, manquent encore de nos jours d’eau potable.

Le manque d’accès à l’eau potable dans le monde est un problème extrêmement grave. C’est grâce à vos dons, qu’Action contre la Faim peut fournir une aide aux populations démunies.

Le combat contre la malnutrition, que ce soit à cause du manque d’eau ou de nourriture, est encore loin d’être gagné. C’est pourquoi Action contre la Faim continue ses opérations pour favoriser l’accès à l’eau potable en Afrique, en Asie et sur les autres continents. Nous avons besoin de votre soutien pour aider les personnes ayant un accès limité aux ressources en eau potable, et dont la vie est menacée.

Si l’alimentation en eau potable est réduite, et que les ressources en eau sont polluées, la santé de centaines de milliers de personnes à travers le monde est menacée : les populations tombent malades en buvant et peuvent dans certains cas en mourir. Pour combattre le manque d’accès à l’eau dans les pays en crise (à cause de catastrophes naturelles, de conflits ou de climats difficiles), Action contre la Faim travaille à l’assainissement des eaux. Le traitement de l’eau est un enjeu majeur pour la santé d’une grande partie de la population mondiale, afin de lui permettre un accès à une eau pure et potable.


Sur le même sujet

Famine en Afrique et au Yémen : « Mourir de faim aujourd’hui, c’est mourir des conséquences de la guerre »

28/03/2017. Rony Brauman, ex-président de Médecins sans frontières, analyse les origines politiques de la famine.

Le « marché » de l’humanitaire : une concurrence féroce

13/06/2017. Une menace plane sur les ONG humanitaires. La nouvelle philanthropie est composée de milliardaires, d’entreprises et de fondations. Itw d’Eric Berseth, directeur exécutif de Philantropy Advisors.

Afghanistan : six collaborateurs du CICR tués et deux autres portés disparus à la suite d’une attaque

08/02/2017. « Il s’agit d’un acte ignoble. Rien ne peut justifier le meurtre de nos chers collègues et amis », Monica Zanarelli, cheffe de la délégation du CICR en Afghanistan.