A la Une

Migration, conflit, crise des droits humanitaires : défis et perspectives de la diplomatie humanitaire

Rome, le 31 mai 2019

Intervention de l’ambassadeur de l’Ordre de Malte à l’ONU, YVES GAZZO

Europe: son évolution dans le monde au cours des 70 dernières années

Avec la crise de Suez en 1956, l’Europe (la France et la Grande-Bretagne) a perdu le « leadership » mondial au profit des États-Unis et de l’Union soviétique. Ensuite, la construction lente mais progressive de l’UE a créé une force positive basée sur nos valeurs, soutenant le droit international, le multilatéralisme, la démocratie et une économie sociale de marché.

L’UE a étendu ses frontières de 6 États membres à 28 (27). L’UE et les États membres fournissent une grande partie de l’aide internationale au développement à l’étranger, mais en quelques années, les défis – internes et externes à l’UE – sont devenus d’une dimension sans précédent, créant une source d’instabilité et aussi du chaos. Et cela a eu un impact important sur les politiques d’aide au développement en général et sur l’aide humanitaire en particulier.

Défis internes et externes, actuels et futurs

Défis internes

Les défis internes sont connus, mais c’est la première fois qu’il existe un risque de démantèlement de la construction européenne (populisme, nationalisme, etc.). Le sommet informel de Sibiu (Roumanie), où les chefs d’État et de gouvernement ont reconnu la nécessité de relever ensemble les défis de l’avenir, constitue une note positive.
Tous ont décrit l’UE comme un exemple d’intégration supranationale sans précédent qui a apporté paix, prospérité et bien-être aux peuples européens (62% des répondants du baromètre euro estiment que l’adhésion de leur pays à l’UE est bonne, et 68% que leur pays a bénéficié de l’affiliation).

Un autre défi consiste à compléter (ou non) ce qui doit être complété et à ne pas être au milieu du gué (gouvernance économique de la zone euro, contrôle plus démocratique par le Parlement européen, approfondir et compléter l’Union économique et monétaire afin de préserver stabilisation de la monnaie unique, droit d’initiative législative au PE, droit d’enquête du PE, etc.) : autant de mesures nécessaires pour rétablir la confiance des citoyens européens.
Le déclin démographique, la sécurité, le terrorisme et l’intégration des populations de migrants sont d’autres défis internes.

Défis externes

Il y a le terrorisme, l’islam radical, la mondialisation et, parmi les nouveaux défis, le danger des « démocraties» sur l’ordre mondial multilatéral et sur la construction européenne elle-même.
Le changement climatique a pris une dimension très préoccupante avec pour conséquence, entre autres, une augmentation du nombre de migrants climatiques qui s’ajoutent aux flux d’autres migrants, flux d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Et il semble clair que l’aide humanitaire en faveur de ces migrants ne sera efficace qu’en présence d’une coopération et d’une politique coordonnée entre les gouvernements européens et les pays d’origine de ces migrants, avec les pays de transit et dans le respect des droits fondamentaux des migrants.

D’autre part, il faudra contrôler les frontières de l’UE, surmonter les contradictions des intérêts exprimés par les différents États membres, source du mécontentement des citoyens et de l’instrumentalisation de la question des migrations.

Aide humanitaire: il est nécessaire de trouver un compromis valable entre la protection des migrants dans un environnement juridique, l’aide aux pays d’origine, le contrôle des frontières extérieures de l’UE, la résolution des contradictions entre les pays membres de compte également de l’opinion publique en Europe, afin d’éviter de déclencher une réaction populiste anti-migration.

Les migrations ont toujours existé : migrations d’espèces animales, de plantes et d’êtres humains.
Ces migrations peuvent être violentes (colonisation) car elles peuvent également être source d’espoir ou de dissolution.

Cependant, avec la crise migratoire de 2015 pour la première fois de l’histoire du monde, nous avons été témoins de flux de migrants aussi importants, avant lesquels la passivité de l’administration et des décideurs politiques de l’UE a ajouté un niveau de confusion supplémentaire dans le monde.
Lorsque les politiciens ont finalement reconnu avec un retard sérieux qu’il y avait une crise, cela a contribué à créer une grande perplexité et peut-être même une animosité dans l’opinion publique européenne sur la capacité effective de l’UE à protéger ses propres frontières.

Un membre éminent du Conseil des ministres des États membres a souligné que:

  • la guerre en Libye pour éliminer le régime de Kadhafi,
  • la décision de la chancelière allemande d’ouvrir les portes de l’Allemagne à 1 million de migrants,
  • et enfin le système de quotas d’accueil des migrants par les États membres,

sont à la base de la grave crise de confiance des citoyens européens dans l’UE.

La réforme du droit d’asile, le système de Dublin et le nécessaire esprit de coopération et de solidarité entre les États membres font partie des conditions nécessaires pour regagner la confiance des citoyens européens.

La réponse de l’UE: protéger les frontières et réguler les flux migratoires

Après la crise de 2015, l’UE a renforcé le contrôle de ses frontières extérieures : Frontex est devenue « l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes » avec une force de 10 000 agents (1 000 agents sont déjà opérationnels).

Viennent ensuite les « points chauds » existant en Grèce et en Italie, « Le système européen d’information et d’autorisation de voyage (ETIAS) », et surtout la coopération avec les pays d’origine (Fonds fiduciaire pour l’Afrique) et le transit (accord avec Turquie de mars 2015).

Cependant, la situation politique incertaine dans les différents pays de transit (Libye) ou l’origine des migrants (pays du Sahel) pourrait sérieusement compromettre la politique actuelle de l’UE.

Le chaos qui règne en Libye, pays très actif en tant que source des flux migratoires de l’Afrique vers l’Europe, est également un point d’atterrissage actif et une source d’inquiétude pour l’UE. Les flux migratoires illégaux, tant du point de vue des droits de l’homme (les migrants sont transférés dans des centres de détention gérés par le gouvernement qui sont fermés après des conditions inhumaines), au Moyen-Orient, le « pas de paix, pas de guerre » en Syrie, n’offre pas la possibilité au million de migrants syriens de rentrer dans leur pays en toute sécurité.

L’aide d’ONG et d’autres organisations humanitaires travaillant sur le terrain en Afrique et au Moyen-Orient est, dans cette situation, très utile pour permettre à la grande source de financement de l’aide humanitaire (l’UE ou les Nations Unies) d’avoir une vision plus précise de la situation sociale et sécuritaire dans ces pays d’origine ou de transit des flux migratoires.

Complémentarité entre les grandes organisations supranationales ou nationales et les ONG et autres acteurs de l’aide humanitaire

Il existe sans aucun doute une complémentarité nécessaire et utile entre les grandes organisations supranationales (ou nationales) liées au développement des pays du tiers monde et les ONG et autres acteurs de l’aide humanitaire.

Le premier serait « aveugle » sans les différentes lumières que les ONG apportent avec leur expérience sur le terrain; et le second serait comme un travailleur sans les moyens techniques et nécessaires pour faire son travail. Par exemple, l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) a un rôle très important en Libye à suivre les migrants qui débarquent pour être transférés dans différents centres de transit.

L’Ordre de Malte est naturellement très présent au Moyen-Orient et en Afrique par le biais de programmes en Turquie, en Jordanie ou au Liban, et contribue à améliorer les conditions de vie de ces populations en détresse.

L’Afrique est notre « voisine » et notre activité de soins médicaux en Afrique tient compte en partie de la politique européenne. L’UE (DEVCO, ECHO) est donc très intéressée par le suivi de ses expériences dans le cadre de projets ou de petits hôpitaux dans des pays africains, car, me disait un responsable de DEVCO (Développement et aide humanitaire aux États de l’ex-Yougoslavie), “ nous anticipons toujours la prochaine pandémie et votre expérience sur le terrain est très utile pour cela ». Ce dialogue est renforcé par la diplomatie humanitaire de l’Ordre et son réseau de 108 ambassades qui maintiennent des contacts diplomatiques avec des pays et des organisations multinationales ou supranationales (ONU et UE) et contribuent à communiquer la position de l’Ordre sur diverses questions.

Dans plusieurs cas, l’Ordre a également organisé des réunions (sur la Libye) ou des conférences (sur la protection de l’accès aux lieux sacrés) à Bruxelles avec l’UE en 2013, puis à Chypre à la fin de 2013 avec l’UE et l’UNESCO).
Voici quelques exemples de la variété des interventions de la diplomatie humanitaire qui contribuent à la construction d’un monde meilleur et plus juste.


Sur le même sujet

« Diplomatie humanitaire et gestion des grandes crises internationales : Nouveaux enjeux, nouveaux défis »

« Diplomatie humanitaire et gestion des grandes crises internationales : Nouveaux enjeux, nouveaux défis »

La valeur sacrée de l’engagement

Nous évoluons dans des environnements qui oscillent entre le culte virtuel de l’héroïsme et la complainte médiatique de la victimisation permanente.

Enfants-soldats, acteurs et victimes de conflits armés

Enfants-soldats, acteurs et victimes de conflits armés