Lundi 10 Décembre 2018
 

A la Une

Conflit en Syrie

Malteser International étend son aide médicale aux déplacés dans la zone frontalière entre la Turquie et la Syrie

La situation particulièrement instable en Syrie et les attaques ciblées sur les infrastructures médicales rendent l’acheminement de l’aide humanitaire extrêmement difficile dans le pays.

La vie du personnel sur place est constamment mise en danger. Les besoins des populations locales sont pourtant énormes. 1,25 millions de personnes déplacées – dont la moitié a moins de 16 ans – vivent dans la région d’Alep. Près de 135.000 personnes ont trouvé refuge à la frontière entre la Turquie et la Syrie, dont 50.000 sont arrivées entre janvier et février 2016. Pour répondre aux besoins des populations sur place, Malteser International, en collaboration avec son partenaire local, étend son aide médicale dans la région d’Alep.

Cliniques mobiles et hôpital de campagne

« La frontière entre la Syrie et la Turquie est fermée dans les deux sens », explique Janine Lietmeyer, responsable des projets au Moyen-Orient pour Malteser International. « Les populations doivent s’attendre à devoir, pour le moment, rester dans les camps en Syrie. Nous avons déployé deux équipes médicales mobiles dans les camps de déplacés afin d’offrir aux populations une aide médicale de base et avons distribué des médicaments supplémentaires. Nous prévoyons également de construire des structures de soins de santé secondaires dans l’hôpital de campagne, construit en 2014 avec nos partenaires dans la région. Afin de faire face à un nombre de patients toujours plus important, nous allons ouvrir cinq nouveaux blocs opératoires, une maternité avec deux salles d’accouchement et d’autres structures de prise en charge des patients en soins intensifs. En parallèle, une unité mobile d’urgence pour les interventions chirurgicales supplémentaire sera mise en place. Ces solutions mobiles sont très importantes dans une région où les combats progressent en permanence, ajoute Janine Lietmeyer. Les quatre structures sanitaires gérées par les médecins de notre organisation partenaire soignent en particulier les patients atteints de maladies infectieuses ou des blessés de guerre. Les soins de la mère et de l’enfant sont également au centre de notre travail. »

Banques centrales de sang

Malteser International va mettre en place deux nouvelles banques centrales du sang pour pouvoir améliorer la prise en charge médicale dans la région d’Alep, où 1,5 millions de personnes sont déplacées. « Les réserves de sang pour les transfusion sont presque vides en Syrie alors que les besoins sont immenses », continue Janine Lietmeyer. « Notre partenaire va également mettre en place des centres de collecte, de traitement et de stockage du sang. Nous distribuons l’équipement nécessaire et garantissons un traitement sécurisé et un bon usage des dons. »

Aide sans frontières

Malteser International prévoit également d’étendre ses activités d’aide aux réfugiés Syriens dans les pays frontaliers. Une unité de soins de santé primaires va ouvrir à Kilis en Turquie, alors qu’au Liban les équipes médicales mobiles vont être renforcées. Nous prévoyons la reconstruction de centres de santé supplémentaires et la mise en place de nouvelles équipes médicales mobiles dans le nord de l’Irak, où nous sommes déjà présent dans les camps de réfugiés.

Article paru sur le site Malteser International


Sur le même sujet

ENTRETIEN : Les besoins humanitaires n’ont jamais été aussi importants, selon le nouveau chef d’OCHA

02/10/2017. Mark Lowcock a remplacé son compatriote Stephen O’Brien au poste de Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence.

La diplomatie de l’urgence : entretien avec Patrice Paoli

09/07/2018. Entretien avec Patrice Paoli, directeur du Centre de Crise du Ministère des Affaires Etrangères.