A la Une

L’Ordre de Malte et la Croix-Rouge unis par un même “fil rouge” : aider ceux qui souffrent

Article paru sur le site de l’ordre Souverain le 22/09/2018

Les différentes activités qui unissent l’Ordre de Malte et la Croix-Rouge, les actions présentes et les objectifs futurs, mais surtout l’esprit commun à la mission humanitaire de ces deux réalités, ont constitué le thème central de la rencontre cordiale qui a eu lieu jeudi à la Villa Magistrale entre le Grand Maître de l’Ordre souverain de Malte, Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto et Francesco Rocca, à la tête de la délégation, dans sa double fonction de Président national de la Croix-Rouge italienne et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

“Nous sommes liés par un ‘fil rouge’ : nous agissons avec les mêmes buts, sur la base du principe de neutralité et animés par l’objectif d’aider les personnes qui souffrent, sans aucune discrimination”, a déclaré le Grand Maître en accueillant ses hôtes. “Notre fondateur, le Bienheureux Gérard, avait l’habitude de répéter : “Frère, en quoi puis-je t’aider?”. De cette base naît notre action. L’Ordre est actif dans 120 pays, en faveur des “derniers” et des plus nécessiteux, a rappelé Fra’ Giacomo Dalla Torre.

Le représentant de la Croix-Rouge a souligné l’importance de la réunion, puisqu’elle “pose les bases d’un travail commun” et “prévient le risque d’autoréférentialité des grandes associations humanitaires”.


Sur le même sujet

Fondations nationales et internationales : quels soutiens pour quels secteurs ?

27/02/2019. Les débats publics au Club suisse donnent un éclairage sur l’actualité en faisant appel à des experts.

La coopération Union européenne/Afrique : l’externalisation des politiques migratoires européennes

30/04/2018. Une conscience partagée des défis à long-terme de la bonne gestion des migrations a émergé, en raison de la pression appelée à perdurer aux frontières de l’Union.

Grèce : pris au piège

25/01/2018. Une équipe du magazine « Avenue de l’Europe » a pu se rendre dans le camp de Moria, interdit aux journalistes, et y tourner ce reportage en caméra cachée.