L’ONU est-elle irréformable ?

Article paru sur le site vaticannews le 17/04/2018 réalisé par Olivier Bonnel

Le débat revient dans l’actualité depuis plusieurs années. La question se pose une nouvelle fois, alors que les Nations unies paraissent dans l’incapacité d’apaiser les violences en Syrie. Explications avec Alexandra Novosselof, chercheuse à l’Institut international pour la paix, à New York.

Le droit de veto invoqué par les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité a souvent paralysé la communauté internationale dans son action. Ce veto a particulièrement été utilisé par la Russie, alliée du régime syrien, qui a bloqué de nombreuses résolutions ces dernières années.

Le secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres, a lui-même fait savoir en septembre dernier qu’il souhaitait une vaste réforme des Nations unies. Mais cela concerne surtout les opérations sur le terrain, qui doivent selon lui être au service des plus vulnérables.

Et les États ont aussi leur part de responsabilité dans cette inefficacité de la machine onusienne, selon Alexandra Novosselof. Elle est chercheuse-associée à l’Institut international pour la paix à New-York et spécialiste de l’ONU.


Sur le même sujet

La diplomatie française redoute de perdre pied au Moyen-Orient

22/06/2018. Pour Alain Barluet, l’insuffisance des moyens matériels et humains dévolus à «un appareil diplomatique en surchauffe face aux crises régionales» est édifiante.

La prévention des conflits est de la responsabilité première des Etats, rappelle le Conseil de sécurité

18/01/2018. La pérennisation de la paix est une tâche et une responsabilité partagée que doivent assumer les gouvernements et toutes les autres parties prenantes nationales.