A la Une

Inauguration du centre Bakhita à Lagos pour aider les femmes victimes du trafic d’êtres humains

Article paru sur le site de l’Ordre Souverain le 02/04/2019 

Le 26 mars dernier, à Lagos, a été inauguré le centre “Bakhita empowerment”, un projet de l’Ordre de Malte et de la Congrégation des Sœurs de Saint-Louis visant à protéger et réinsérer dans la société les jeunes femmes victimes de la prostitution et du trafic d’êtres humains à leur retour au Nigeria. A l’issue d’une messe solennelle, célébrée dans la plus pure tradition locale au sein de la paroisse de Saint Ferdinand, dans la capitale du Nigeria, l’archevêque de Lagos, Monseigneur Alfred Martins, a béni Bakhita Villa et tous ceux qui ont permis la réalisation de ce centre et y ont contribué.

Engagé dans l’aide aux plus vulnérables et la préservation de la dignité humaine, l’Ordre de Malte œuvre activement dans la lutte contre le trafic d’êtres humains et la protection des victimes de ce phénomène mondial qui croît parallèlement à celui des migrations. Avec une population en forte augmentation, le Nigeria connaît actuellement un lourd trafic d’êtres humains dont ce sont surtout les jeunes femmes qui paient les conséquences.

Le projet Bakhita Villa à Lagos fournit assistance, conseils et formation professionnelle pour aider les femmes à se réinsérer dans la société. La congrégation des Sœurs de Saint-Louis, engagée depuis 1996 dans la lutte contre le trafic des femmes, a fait l’acquisition d’un bâtiment doté d’un bungalow. Cet espace rénové et amplifié sera bientôt en mesure d’accueillir environ trente-cinq femmes et enfants, à qui sera offert un soutien humain et professionnel pour reconstruire leurs vies au Nigeria.

Le soir de l’inauguration du centre, au cours d’une rencontre avec la communauté internationale résidant à Lagos, Gaby Massoud, le principal investisseur de la construction, a reçu la médaille de l’Ordre de Malte “Pro Merito Melitensi”.

Selon les statistiques de l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations, 99% des femmes qui rentrent au Nigeria viennent de Libye et du Niger, presque aucune d’Europe. En 2017, 9 600 femmes nigériennes environ sont rentrées de Libye, dont 4 000 jeunes filles. Parmi elles, des femmes enceintes et des mères célibataires. Les estimations actualisées indiquent pour 2018 60 000 femmes nigériennes encore en Libye.

L’Ordre souverain de Malte, fortement engagé dans ce domaine, a deux nouveaux ambassadeurs chargés de lutter contre le trafic d’êtres humains : à Genève, Michel Veuthey, responsable du contrôle et de la lutte contre le trafic de personnes; à Lagos, Romain Champierre de Villeneuve, ambassadeur spécial pour l’Afrique. Tous deux contribueront à renforcer le travail de l’Ordre dans la prévention du trafic d’êtres humains et dans la protection des victimes, avec des projets à un niveau local et diplomatique.


Sur le même sujet

La crise du multilatéralisme et l’avenir de l’action humanitaire

30/11/2016. Bien avant les élections américaines de novembre 2016, sont apparus des signes évidents que le multilatéralisme était en crise. En réalité, l’élection de Donald Trump n’est qu’un développement de la spirale négative qui tournoie depuis un certain temps déjà.

Le casse-tête du déficit de financement du secteur humanitaire

09/12/2016. Les Nations Unies viennent d’annoncer qu’il faudrait 22,2 milliards de dollars pour répondre aux besoins des quelques 92,8 millions de personnes affectées par les conflits et les catastrophes naturelles en 2017.

Y a-t-il encore une diplomatie des droits de l’Homme ?

11/04/2017. La lutte contre le terrorisme a-t-elle occulté la question des droits de l’Homme ?