A la Une

Hôpital de la Sainte Famille à Bethléem : plus de 4700 naissances en 2018

Article paru sur le site de l’Ordre Souverain le 21/12/2018

Plus de 4 700 nourrissons ont vu le jour en 2018 à l’hôpital de la Sainte Famille, à Bethléem. Situé à quelques pas de la basilique de la Nativité, l’hôpital est dirigé par l’Ordre de Malte depuis 1990. Il s’agit de la seule structure hospitalière de la région en mesure de s’occuper d’enfants nés avant la 32ème semaine de grossesse, grâce à son unité néonatale de soins intensifs et à un personnel hautement spécialisé en naissances prématurées. 9% des enfants nés dans la structure ont en effet besoin de soins que l’hôpital, où travaillent ensemble chrétiens et musulmans et qui, pour cela, est appelé “oasis de paix”, arrive à offrir grâce à des couveuses et des équipements de pointe.

L’hôpital de la Sainte Famille gère en outre une clinique mobile qui effectue cinq jours par semaine des visites dans les camps de réfugiés des Nations Unies et dans les villages du désert de Cisjordanie qui souvent ne disposent ni d’eau ni d’électricité. 25% des patientes sont des femmes réfugiées qui n’ont pas accès aux services médicaux.

En 2017, mille femmes environ, de plus de 45 ans, ont eu recours à l’assistance sanitaire de la clinique mobile. Une activité vitale pour la population féminine de cette région au centre de décennies de tensions.


Sur le même sujet

L’Ordre de Malte en Hongrie intensifie ses activités d’assistance pour aider la population syrienne

27/12/2018. L’Ordre de Malte est toujours présent dans la région pour aider la population locale par ses activités médicales et humanitaires.

Charles-Henri d’Aragon, ambassadeur de l’Ordre de Malte : Nous accueillons les gens sans leur demander leurs origines

18/02/2018. « Notre activité essentielle se concentre dans les centres de santé répartis sur une partie importante du territoire libanais »

«On assiste à une récession globale des valeurs démocratiques à travers le monde»

18/04/2017. Maina Kiai est le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit de réunion pacifique et d’association. Après six années, il quittera cette fonction en juin sur un constat amer: partout la société civile recule.