A la Une

Hôpital de la Sainte Famille à Bethléem : plus de 4700 naissances en 2018

Article paru sur le site de l’Ordre Souverain le 21/12/2018

Plus de 4 700 nourrissons ont vu le jour en 2018 à l’hôpital de la Sainte Famille, à Bethléem. Situé à quelques pas de la basilique de la Nativité, l’hôpital est dirigé par l’Ordre de Malte depuis 1990. Il s’agit de la seule structure hospitalière de la région en mesure de s’occuper d’enfants nés avant la 32ème semaine de grossesse, grâce à son unité néonatale de soins intensifs et à un personnel hautement spécialisé en naissances prématurées. 9% des enfants nés dans la structure ont en effet besoin de soins que l’hôpital, où travaillent ensemble chrétiens et musulmans et qui, pour cela, est appelé “oasis de paix”, arrive à offrir grâce à des couveuses et des équipements de pointe.

L’hôpital de la Sainte Famille gère en outre une clinique mobile qui effectue cinq jours par semaine des visites dans les camps de réfugiés des Nations Unies et dans les villages du désert de Cisjordanie qui souvent ne disposent ni d’eau ni d’électricité. 25% des patientes sont des femmes réfugiées qui n’ont pas accès aux services médicaux.

En 2017, mille femmes environ, de plus de 45 ans, ont eu recours à l’assistance sanitaire de la clinique mobile. Une activité vitale pour la population féminine de cette région au centre de décennies de tensions.


Sur le même sujet

Lutte contre la traite des personnes : la détermination des Etats doit se transformer en action, souligne l’ONU

27/09/2017. António Guterres a rappelé que des dizaines de millions de personnes étaient victimes du travail forcé, de l’asservissement, du recrutement comme enfants soldats et d’autres formes d’exploitation et d’abus.

1992, « Du riz pour la Somalie » Le droit d’ingérence en question

10/06/2017. 1992 | La Somalie, confrontée à la guerre civile et à la famine, devient le théâtre d’une intervention militaro-humanitaire qui interroge sur le droit d’ingérence.

Plus de 31 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en 2016

22/05/2017. Rapport du GRID 2017. « En 2016, une personne a été contrainte de fuir à l’intérieur de son pays toutes les secondes. », explique Jan Egeland, le secrétaire général du NRC.