Mercredi 20 Mars 2019
 

A la Une

Des casques blancs exfiltrés de Syrie : l’analyse de Raphaël Pitti

Article paru sur le site de la radio RCF le 25/07/2018

Florence Gault reçoit Raphaël Pitty, spécialiste de la médecine d’urgence en Syrie, alors que des membres de la défense civile syrienne opérant en zone rebelle ont été exfiltrés ce week-end.

Depuis la Syrie, plusieurs centaines de casques blancs, des secouristes opérant en zone rebelle ont été évacués avec leurs familles ce week-end, vers Israël, puis transférés en Jordanie.

Selon l’armée israélienne, ils étaient menacés d’emprisonnement ou d’exécution de la part du régime. L’opération d’exfiltration, menée à partir du plateau du Golan, territoire annexé par Israël a été préparée dans le plus grand secret alors que Damas est sur le point de reprendre les derniers secteurs contrôlés par les rebelles dans le sud du pays. Cette initiative provient des Etats-Unis, du Canada et d’autres pays occidentaux dont la France, activement associée à ces démarches selon le Quai d’Orsay.

Pour comprendre la situation, et découvrir qui sont ces casques blancs, Florence Gault reçoit ce matin Raphaël Pitti, médecin et humanitaire. Depuis 2012, il multiplie les allers-retours entre la France et la Syrie pour alerter sur le sort des civils et participer à la formation des chirurgiens syriens à la médecine d’urgence.


Sur le même sujet

L’Ordre de Malte et la Croix-Rouge unis par un même “fil rouge” : aider ceux qui souffrent

22/09/2018. “Nous sommes liés par un ‘fil rouge’ : nous agissons avec les mêmes buts, sur la base du principe de neutralité et animés par l’objectif d’aider les personnes qui souffrent, sans aucune discrimination”, a déclaré le Grand Maître.

Combien va coûter la reconstruction de Palmyre ?

07/04/2016. Matthieu Hoffstetter décrypte dans une longue enquête le coût potentiel de la reconstruction de la cité antique.

L’humanitaire maritime : un incubateur de nouvelles approches

06/06/2017. Les spécificités du milieu marin ont rendu nécessaire et obligatoire l’assistance aux personnes en détresse. L’intervention humanitaire maritime se voit donc grandement simplifiée, par contraste avec les interventions terrestres soumises à de plus grandes restrictions et difficultés.