Jeudi 15 Novembre 2018
 

A la Une

Les dates à retenir en 2018, année des migrations et des Droits de l’Homme

Les migrants et les réfugiés sont au cœur de l’actualité nationale et internationale : aux Etats-Unis, en Allemagne, en France, en Italie et ailleurs, la migration est devenu un élément clef pour l’adoption de budgets et la formation de Gouvernements.

Sur le plan international, c’est au moins une douzaine de rendez-vous que se sont fixés les Gouvernements avec la société civile pour négocier les deux Pactes mondiaux (« Global Compacts » en anglais)

  • l’un sur les réfugiés, à Genève, sous l’égide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR),
  • l’autre sur les migrations, à New York, avec l’appui de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les deux « Pactes mondiaux » devraient être adoptés cet automne par l’Assemblée générale des Nations Unies. Ces deux textes n’auront pas valeur de traités internationaux, ne seront pas contraignants. Ils ne feront que réaffirmer des obligations existantes du droit positif national et international, en particulier du droit des réfugiés, des droits des travailleurs migrants, des Droits de l’Homme.

Au delà de la réaffirmation des normes et coutumes du droit existant, ces deux Pactes devraient renforcer la volonté et la capacité des Etats et de la société civile ( en particulier de l’économie privée et des collectivités locales ) de mettre en oeuvre les traités existants.

L’essentiel, au delà de la question de savoir qui est un réfugié ou un migrant, et quelles définitions et dénominations donner à celles et ceux qui n’entreraient pas dans ces catégories, sera de ne pas perdre de vue que le 10 décembre de cette année marquera le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme : au delà des définitions, des catégories, des normes et des mécanismes, il faudra rappeler l’impérieuse nécessité de réaffirmer le cœur de cette Déclaration universelle, le respect de la vie et de la dignité de chaque être humain par les Gouvernements et par les acteurs de la société civile. C’est la légitimité de nos Etats, de nos civilisations et de notre communauté internationale qui est en jeu.

Michel Veuthey,
Ambassadeur chargé de la lutte contre le trafic d’êtres humains

Observateur Permanent Adjoint
Mission Permanente d’Observation de l’Ordre Souverain de Malte auprès de l’Office des Nations Unies à Genève


Sur le même sujet

Pourquoi l’ONU ne peut rien faire en Syrie ?

26/09/2016. Chloé Maurel -historienne et chercheuse – et Karim Pakzad -chercheur- répondent à cette question.

L’impossible retour des chrétiens d’Orient en Irak ?

02/11/2016. La bataille de Mossoul assombrit l’avenir des chrétiens irakiens.

L’ONU adopte des résolutions historiques pour renforcer ses activités de maintien de la paix

27/04/2016. « L’adoption simultanée de ces résolutions globales par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité envoie un signal puissant »