A la Une

2020, une diplomatie humanitaire et hospitalière discrète, active et efficace

Je souhaite, à tous nos fidèles lecteurs au nom de toute l’équipe de la Fondation, une très belle année 2020. Une année d’espérance qui nous amènera, je l’espère, sur les chemins de la paix et de la réconciliation au regard de tous les conflits qui touchent notre monde.

En 2019, 165 zones de conflits étaient dénombrées. Qu’ils soient non-étatique, étatique, ou qu’ils découlent d’une violence unilatérale, quelles que soient leur nature et leur intensité, ces conflits armés entraînent partout des violences. De la République centrafricaine à la Syrie, du Yémen à l’Irak, en passant par Gaza, les civils sont les premières victimes des combats, ainsi que les travailleurs humanitaires, pris en otages. Les plus touchés sont les femmes et les enfants, alors que tous devraient être protégés par le respect du droit international humanitaire.

Une diplomatie humanitaire et hospitalière discrète, active et efficace

Dans la plupart des cas, la sortie de crise dépend de la continuité de l’éducation, des structures culturelles ou scientifiques, qui peuvent former une sorte d’amortisseur pour les populations, et pour accélérer la reconstruction. Il faut y investir dès le début de la crise, et ne pas attendre.

La diplomatie humanitaire est alors un outil privilégié de médiation, de paix et de reconstruction. Les moyens militaires seuls, comme la logistique pour l’acheminement des secours, ne suffisent plus à assurer dans la durée le succès d’une opération militaire ou d’une action humanitaire. Ainsi l’humanitaire n’est plus seulement l’affaire de sauveteurs d’urgence intervenant au dernier moment. La diplomatie humanitaire est alors un instrument qui facilite l’action humanitaire dans son ensemble en permettant la mise en place d’une assistance alimentaire et médicale présente en permanente localement. La diplomatie humanitaire est multidisciplinaire. Elle implique des médecins, des logisticiens, des juristes et aussi des spécialistes de la nutrition, de la météo, de l’hydrologie, etc. Elle doit aussi, si elle veut se faire accepter, être multiculturelle.

Grace à vous tous, la Fondation Française de l’Ordre de Malte et l’association Ordre de Malte France contribuent largement à cette diplomatie humanitaire et hospitalière, principalement en Afrique, en Palestine, au Liban, au Vietnam, au Cambodge, où elles gèrent des hôpitaux, maternités, dispensaires, centres médicaux-sociaux, et envoient régulièrement des médicaments aux principales congrégations religieuses qui sont sur place.

Ainsi nous continuerons cette année à agir et à servir les plus démunis et les victimes de conflits sur tous les terrains, sans relâche, dans le respect des valeurs et de l’esprit chrétien qui qui nous anime.

A nouveau, je vous souhaite une magnifique année 2020, à vous et à vos proches.

Jean Pierre Mazery, 
Président de la Fondation Française de l’Ordre de Malte


Sur le même sujet

Libye, Yémen, Syrie : « Un vent de folie balaie le globe », alerte Guterres

04/02/2020. Le chef de l’ONU a appelé à briser les « cercles vicieux » qui affectent actuellement le monde.

L’ONU est-elle irréformable ?

17/04/2018. Explications avec Alexandra Novosselof, chercheuse à l’Institut international pour la paix, à New York.

Politique étrangère : « La France doit renouer avec un idéal pragmatique »

21/08/2017. L’Europe subit une crise migratoire qui ne faiblit pas, toujours traitée avec une indolence ahurissante, et la poursuite des attentats, comme d’une violence communautaire « perlée » largement impunie, en France et en Espagne notamment. Par Caroline Galactéros.