Syrie : Après des années de guerre, l’ONU adopte une résolution pour des négociations

Pour la première fois depuis près de cinq ans de guerre civile syrienne, les puissances mondiales ont convenu au Conseil de sécurité des Nations Unies l’adoption d’un plan pour un cessez-le-feu et un processus de paix dans l’espoir de mettre fin au conflit.

La résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité reflète un effort de plusieurs mois effectué par les fonctionnaires américains et russes, qui ont longtemps été en désaccord sur l’avenir de la Syrie, pour trouver des intérêts nationaux communs afin d’arrêter les massacres, même si les deux parties n’arrivent pas encore se mettre d’accord sur l’avenir ultime de la Syrie .

« Ce conseil envoie un message clair à tous les intéressés que le temps est venu d’arrêter le massacre en Syrie et jeter les bases d’un gouvernement » qui peuvent réunifier le pays, a déclaré John Kerry, le secrétaire au Conseil de sécurité.

Mais il reste de profonds désaccords pour rapprocher les positions américaines et russes, et la grande incertitude à ce sujet se traduira sur le terrain. L’éventail vertigineux des forces armées a laissé la Syrie en ruines, tués 250.000 personnes et entraînés quatre millions de réfugiés hors du pays, menaçant de déstabiliser les nations où ils ont migrés.

Lire l’article (en anglais) sur le site du New York Times 


Sur le même sujet

La guerre avec la Chine ?

01/09/2016. Si une guerre entre les USA et la Chine devait éclater les conséquences pourraient aller bien au-delà des succès militaires et de l’échec : l’économie mondiale pourrait en être affectée.

Hubert Védrine: «La pandémie entraîne un choc plus violent et plus global que le 11 septembre 2001»

05/01/2021. Selon l’ancien ministre des Affaires étrangères, la crise planétaire provoquée par le coronavirus marque, plus particulièrement pour l’Occident, la fin d’une longue période de légèreté et d’inconséquence.

Le médiateur de l’ONU en Syrie se rend à Ryad puis à Téhéran

04/01/2016. Staffan de Mistura estime que la crise dans les relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran est très préoccupante et qu’elle risque de provoquer une série de conséquences néfastes dans la région.