A la Une

« Religions ensemble dans l’action humanitaire » : le symposium organisé par l’Ordre Souverain de Malte à Genève

27/05/2015. Le 27 mai dernier des représentants de quatre religions (le Christianisme, l’Islam, le Judaïsme et le Vedānta), des chercheurs et des diplomates, des chefs d’organisations humanitaires laïques et confessionnelles, se sont réunis aux Nations Unies pour le Symposium “Religions ensemble dans l’action humanitaire” (Religions together for humanitarian action), organisé par l’Ordre souverain de Malte.


Le Grand Chancelier de l’Ordre souverain de Malte Son Excellence Albrecht Boeselager a ouvert le symposium




La journée d’échanges et de débats organisée en deux tables rondes de cinq rapporteurs chacune a permis de faire émerger d’aborder de nombreuses propositions :

  • Chercher une base de valeurs communes,
  • Créer un code de conduite applicable à toutes les institutions et organisations impliquées dans le secours humanitaire,
  • Atteindre les communautés locales en investissant sur les infrastructures et les réseaux d’aide déjà présents sur les territoires touchés par les conflits,
  • Promouvoir les valeurs des organismes humanitaires pour combattre les préjugés aussi bien des populations que des gouvernements.

M. Stefano Ronca,  Ambassadeur de l’Ordre de Malte a décrit le but du symposium




Réaffirmer les principes humanitaires établis pas la communauté internationale

Dans son discours de conclusion, le Grand Hospitalier de l’Ordre souverain de Malte Dominique de La Rochefoucauld-Montbel a rappelé qu’il est impératif de réaffirmer avec vigueur les “principes humanitaires établis par la communauté internationale après la seconde guerre mondiale, dans le plein respect des traditions et des cultures locales”. Le Grand Hospitalier a encouragé le dialogue et la collaboration entre les différentes confessions.


Pour aller plus loin



Sur le même sujet

Dans un monde « chaotique », le chef de l’ONU appelle à regagner la confiance des peuples envers le multilatéralisme

18/02/2017. « Nous vivons dans un monde dangereux. Nous assistons à une multiplication de nouveaux conflits, de vieux conflits semblent ne jamais mourir – que ce soit en Afghanistan ou en Somalie » António Guterres.

Hubert Védrine: «​La diplomatie est un outil de prévention des risques»

17/03/2017. Au travers de sa propre expérience Hubert Védrine réfléchit à la prise de risque par les diplomates.