Samedi 20 Janvier 2018
 

A la Une

Protéger la santé : une priorité humanitaire

21/01/2015. Fin décembre 2014, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté ce qui pourrait devenir une résolution historique appelant à des actions concertées et spécifiques par les États pour protéger les travailleurs de la santé de la violence et d’assurer l’accès des patients aux soins de santé dans les situations de conflit ou d’insécurité.

La résolution, fondée sur le droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire, a été parrainé par la Norvège et d’autres membres de la santé mondiale et certains groupes politiques étrangères (Brésil, France, Indonésie, Norvège, Sénégal, Afrique du Sud et Thaïlande) et co-sponsorisée par 62 états.

Singapour a noté que ce projet de texte « était un rappel brutal de la violence croissante et des attaques délibérées contre des travailleurs de la santé dans les zones de conflit »

Lire l’article (en anglais) sur le site de l’ODI-HPN


Sur le même sujet

Filippo Grandi, diplomate de la solidarité humaine

07/02/2017. À la tête du Haut-Commissariat aux réfugiés depuis un an, Filippo Grandi, 59 ans, poursuit son travail de Sisyphe, point culminant d’une carrière consacrée au service des réfugiés.

Pour la défense du « Philanthrocapitalisme »

21/12/2015. Cet article paru dans « The New Yorker » fait le point sur cette nouvelle tendance apparue aux Etats-Unis il y a quelques années. Explications …

La diplomatie humanitaire, cache-misère de la violence extrême

27/09/2016. Entretien avec Michaël Neuman et Fabrice Weissman, directeurs d’études au Crash.