Mercredi 13 Décembre 2017
 

A la Une

Le nombre de personnes déplacées atteint son plus haut niveau depuis des décennies

Article paru sur le site du HCR le 19/06/2017 par Adrian Edwards

Le rapport statistique annuel du HCR sur les Tendances mondiales fait état d’un nombre sans précédent de 65,6 millions de personnes déracinées à travers le monde à la fin 2016 du fait de confits et de persécutions.

Selon un rapport publié aujourd’hui, le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants déracinés à travers le monde des suites de la guerre, de violences ou de persécutions a atteint le chiffre le plus élevé jamais enregistré au cours des sept décennies d’existence du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Le nouveau rapport statistique du HCR sur les Tendances mondiales fait état de 65,6 de millions de personnes déracinées à travers le monde à la fin 2016, un nombre supérieur à la population du Royaume-Uni et en augmentation de 300 000 personnes par rapport à l’année dernière.

Il relève que le taux de nouveaux déplacements reste très élevé. Au cours de l’année dernière, une moyenne de 20 personnes ont été chassées de leurs foyers toutes les minutes, ce qui représente une personne toutes les trois secondes — moins de temps qu’il n’en faut pour lire cette phrase.

« Quel que soit l’angle sous lequel on l’examine, ce chiffre est inacceptable », a déclaré Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

« Il appelle d’une manière plus pressante que jamais, au besoin de solidarité et d’une volonté commune pour prévenir et résoudre les crises, et pour veiller ensemble à ce que partout dans le monde, les réfugiés, les déplacés internes et les demandeurs d’asile soient protégés et pris en charge de manière efficace pendant la recherche de solutions. »

Au cours des cinq dernières années, les augmentations annuelles du nombre total de déplacements ont été de l’ordre de millions de personnes. Bien que le total pour 2016 soit élevé et indique qu’un nombre énorme de personnes dans le monde a besoin de protection, il montre également que l’année dernière a connu un ralentissement de l’augmentation des déplacements.

Ce chiffre total comprend 40,3 millions de personnes déracinées au sein des frontières de leur propre pays, soit quelque 500 000 de moins qu’en 2015. Au cours de la même période, le nombre total de demandeurs d’asile dans le monde était de 2,8 millions, soit quelque 400 000 de moins qu’au cours de l’année précédente.

Malgré cela, le nombre total de personnes ayant cherché la sécurité en traversant des frontières internationales a atteint 22,5 millions, le nombre le plus élevé jamais observé depuis la création du HCR en 1950, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Le conflit en Syrie, qui dure maintenant depuis sept ans, a été à l’origine du plus grand nombre de réfugiés dans le monde (5,5 millions). Mais en 2016, c’est le Soudan du Sud qui a constitué le nouveau facteur prépondérant, car la rupture catastrophique des efforts de paix en juillet a engendré le départ de 737 400 personnes avant la fin de l’année et ce chiffre a continué d’augmenter au cours du premier semestre 2017.
Nyawet Tut, une mère sud-soudanaise de cinq enfants, âgée d’une trentaine d’années, raconte comment des soldats ont mis le feu à son village et qu’elle a dû fuir avec ses cinq enfants ainsi que cinq autres enfants de proches tués pendant le conflit.

« Mon mari a été tué pendant la guerre et, avec la pénurie alimentaire, j’ai pris la décision de quitter ma maison, de tout abandonner », explique-t-elle au personnel du HCR au cours d’une conversation dans un site d’étape provisoire en Éthiopie.

En chiffres absolus, la Syrie compte toujours le nombre le plus élevé de déplacés avec 12 millions de personnes (65 pour cent de la population) déplacées internes ou réfugiées en dehors de la Syrie.

Si l’on fait abstraction de la crise prolongée des réfugiés palestiniens, les Colombiens (7,7 millions) et les Afghans (4,7 millions) restent les deuxièmes et troisièmes populations les plus touchée, suivies des Iraquiens (4,2 millions). Au total, quelque 3,3 millions de Sud-Soudanais ont fui leurs foyers à la fin de l’année, dans ce qui est devenu la crise de déplacement avec la plus forte croissance dans le monde.


Sur le même sujet

Syrie : après la guerre, comment gagner la paix ?

13/09/2017. Alors que la fin de l’EI approche, ses territoires reconquis inexorablement par Damas, la Syrie sera-t-elle libérée des jeux d’influence des grandes et moyennes puissances qui cherchent à sécuriser leurs intérêts économiques et politiques au Moyen-Orient? Analyse de Caroline Galactéros.

Migrants, réfugiés, causes et conséquences

20/02/2016. Interview d’Hélène Thiollet, chercheur en science politique spécialisée en migrations pour tenter de faire le point sur la question des migrants et des réfugiés.

Un climat en crise

27/04/2017. Comment le changement climatique aggrave la sécheresse et la situation humanitaire en Afrique de l’Est