Mardi 26 Mars 2019
 

A la Une

L’extermination des chrétiens d’Orient continue

Suite à un rapport détaillé remis au Secrétaire d’État John Kerry, la barbarie contre les chrétiens d’Orient est qualifiée de « génocide ».

Il est temps que les États-Unis « se rallient au reste du monde » et reconnaissent que les chrétiens font l’objet d’un génocide au Moyen-Orient.

C’est ce qu’indique un rapport remis la semaine dernière au Secrétaire d’État John Kerry, l’exhortant à qualifier de génocide les exactions contre les chrétiens commises par le groupe État islamique.

Ce rapport de près de 300 pages intitulé « Génocide contre les chrétiens au Moyen-Orient » rédigé conjointement par les Chevaliers de Colomb et l’association « In Defense of Christians » signale que les États membres de l’Union européenne, les gouvernements d’Irak et de la Région autonome du Kurdistan, ainsi qu’ Hillary Clinton et la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale ont qualifié les exactions contre les chrétiens de « génocide ».

La réalité d’un génocide

Le rapport donne des détails sur le meurtre, les blessures, l’esclavage et le déplacement des chrétiens par le groupe djihadiste. Il inclut un dossier établissant la base juridique de la reconnaissance de génocide et donne des éléments de preuve détaillés montrant que Daesh a pour objectif de commettre un génocide. Il présente des preuves jamais signalées, réunies lors d’une mission d’enquête effectuée en Irak le mois dernier.

Lire l’article complet sur le site d’Aleteia


Sur le même sujet

Les “Chrétiens d’Orient” et la politique étrangère française, logique protectrice ou compassion condescendante ?

04/02/2017. Mieux comprendre les intérêts à la fois humanistes et géopolitique de ce paradigme diplomatique.

Peut-on sauver l’hospitalité ?

14/12/2018. Véronique Albanel, philosophe, et Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie politique, donnent leur avis sur la question.

Cardinal Tauran : «Nous sommes condamnés au dialogue entre religions»

05/06/2016. Le cardinal Jean-Louis Tauran préside, au Saint-Siège, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.