Lundi 16 Juillet 2018
 

A la Une

À la recherche de la paix en Centrafrique. Médiations communautaires, religieuses et politiques

Article paru sur le site de l’IFRI en juin 2017 par Thierry Vircoulon

Cette note présente un panorama des différents types de médiation qui ont accompagné la dernière crise centrafricaine depuis son commencement fin 2012 jusqu’au début de l’année 2017 et ont abouti à une architecture de dialogue ad hoc et à un processus de médiation multidimensionnel toujours en cours.

Dans un contexte d’enlisement de la crise centrafricaine, cette note tente de comprendre les limites de cette architecture et souligne les leçons et questions que suscite ce processus de médiation multidimensionnel. Alors que les médiations religieuses s’essoufflent, les médiations politiques en viennent à se contredire faute de coordination véritable et une tentative de remise en cohérence de ces dernières est en cours sous l’impulsion de l’Union européenne.

La dimension confessionnelle et intercommunautaire du conflit centrafricain à partir de 2014 a nécessité le déploiement de deux pratiques de médiation : la médiation communautaire et la médiation politique. Comme la réconciliation nationale était à l’ordre du jour durant la période de transition (2014-2016) et qu’un accord pour le DDR entre le gouvernement et les groupes armés était jugé indispensable, ces deux médiations ont été mises en œuvre simultanément et en parallèle. De nombreux acteurs de la société civile se sont investis dans la médiation intercommunautaire et interreligieuse tandis que la médiation politique entre le gouvernement et les groupes armés était du ressort des internationaux.

Il serait possible de parler de médiation par le haut et de médiation par le bas si la plupart des acteurs impliqués n’avaient pas une double présence, i.e. une présence et une action au niveau national et au niveau local. Il en est ainsi des leaders religieux qui ont joué un rôle sur les plans international, national et local mais aussi de certains acteurs internationaux. L’ONU par exemple a effectué des médiations par le haut (au niveau du gouvernement à Bangui) et des médiations par le bas (au niveau local, voire au niveau de quartier par l’intermédiaire de la section Affaires civiles de la MINUSCA). Grâce au soutien des ONG internationales à des associations locales pour œuvrer à la réconciliation, l’international a rencontré le local pour donner naissance à des actions de médiation et de dialogue.


Télécharger la note complète


Thierry Vircoulon est un Ancien élève de l’Ecole Nationale d’Administration et titulaire d’un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d’Orsay et la Commission européenne sur le continent, notamment en Afrique du Sud et en République Démocratique du Congo. Il est membre du Réseau d’experts de l’OCDE sur la construction de l’Etat et de la paix, du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix (ROP) (Centre d’Etudes et de Recherches Internationales de l’Université de Montréal, CERIUM) et du groupe d’études sur l’eugénisme et le racisme dans l’aire anglophone (université Paris Diderot).


Sur le même sujet

Charles-Henri d’Aragon, ambassadeur de l’Ordre de Malte : Nous accueillons les gens sans leur demander leurs origines

18/02/2018. « Notre activité essentielle se concentre dans les centres de santé répartis sur une partie importante du territoire libanais »

«Ne pas occulter la dimension religieuse de l’attentat de Berlin»

28/12/2016. Stéphane Ratti, professeur d’histoire de l’Antiquité tardive s’interroge sur le déni du facteur religieux dans notre société postmoderne.

L’Ordre souverain de Malte Observateur du Système d’intégration centraméricain (SICA)

01/12/2015. L’organisation économique, culturelle et politique permettra à l’Ordre Souverain de Malte de participer activement aux programmes régionaux dans le domaine médical et sanitaire et d’intervenir plus efficacement après d’éventuelles catastrophes naturelles.