A la Une

Syrie. La Russie impose à l’ONU une réduction drastique de l’aide humanitaire transfrontalière

Article paru sur le site du journal Ouest France le 11/01/2020

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé pour six mois l’aide humanitaire apportée à la population syrienne, mais la Russie a imposé, vendredi 10 janvier 2020, une réduction drastique du mécanisme d’aide transfrontalière internationale.

La Russie a imposé une réduction drastique de l’aide humanitaire transfrontalière apportée à la population syrienne depuis 2014, prolongée par le Conseil de sécurité de l’ONU pour six mois via uniquement deux points frontaliers avec la Turquie.

Après de multiples concessions des Occidentaux depuis fin décembre, une résolution de l’Allemagne et de la Belgique a été adoptée en ce sens par onze voix pour, quatre pays s’abstenant : la Russie, la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni.

L’autorisation transfrontalière, renouvelée jusqu’à présent annuellement par l’ONU avec quatre points frontaliers, expirait vendredi soir.

La Belgique et la France ont déploré « la réduction de la portée » de l’autorisation transfrontalière. « Onze millions de Syriens ont besoin d’une assistance humanitaire », a rappelé l’ambassadeur belge à l’ONU, Marc Pectseen de Buytswerve.

Deux points de passage supprimés

Le recul des Occidentaux face à la Russie, qui était « en position de force » dans la négociation, selon les termes d’un diplomate, permet de sauver le mécanisme d’aide transfrontalière internationale mais le réduit considérablement.

S’affranchissant de tout aval de Damas, cette aide est vitale pour près de 3 millions de Syriens reclus dans la région d’Idleb (nord-ouest) où les combats et bombardements ont redoublé depuis quelques semaines.

La résolution adoptée étend l’autorisation transfrontalière jusqu’au 10 juillet. Elle supprime les points de passage situés sur les frontières avec la Jordanie (à Al-Ramtha, inutilisé depuis longtemps) et avec l’Irak, à Al Yarubiyah, par lequel transitait une importante aide médicale au profit d’1,3 million d’habitants du nord-est syrien.

Sur l’insistance de l’Allemagne et de la Belgique, un rapport est aussi demandé au secrétaire général de l’ONU avant fin février sur les possibilités de trouver des alternatives à l’abandon du point de passage d’Al Yarubiyah.

Double veto en décembre

Le 20 décembre, la Russie, soutenue par la Chine, avait mis son veto – le 14e depuis le début du conflit en 2011 – à un premier texte de l’Allemagne, de la Belgique et du Koweït qui prévoyait une prolongation de l’aide pour un an avec trois points frontaliers : les deux en Turquie, à Bab al-Salam et Bab al-Hawa, et celui d’Al Yarubiyah en Irak.

À l’époque, les États-Unis avaient dénoncé un veto « honteux ». « Vous avez du sang sur les mains », avait ajouté le secrétaire d’État américain Mike Pompeo à l’adresse de Moscou et Pékin.

Dans la négociation, la position américaine n’a cependant pas été des plus subtiles, relève un diplomate sous couvert d’anonymat. Washington a commencé par demander cinq points de passage avant de faire marche arrière pour tomber à trois puis deux. Les États-Unis ont aussi juré que Moscou n’irait pas jusqu’au veto, à tort, ajoute cette source.

« Réponse inadéquate pour le peuple syrien »

Tout en affirmant vouloir la prolongation de l’aide transfrontalière dans le nord du pays, la Russie avait proposé en décembre à ses partenaires une résolution prévoyant une prolongation sur six mois via les deux points de passage en Turquie. Ce qui au final a été accepté vendredi.

À l’époque, ce texte n’avait pas obtenu les neuf voix sur quinze nécessaires à son adoption, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ayant notamment voté contre.

Avec la réduction drastique de l’autorisation transfrontalière, la Russie veut faire reconnaître la reprise de contrôle de Damas depuis un an sur le territoire syrien. Moscou considère que l’autorisation transfrontalière est « une atteinte à la souveraineté, et c’est une réalité », concède un diplomate occidental sous couvert d’anonymat.

Pour l’ambassadrice britannique à l’ONU, Karen Pierce, la décision vendredi du Conseil de sécurité n’est pas à la hauteur de l’enjeu. « C’est une réponse inadéquate pour le peuple syrien. Et ce n’est pas ce que demandait » le département des Affaires humanitaires de l’ONU qui réclamait le maintien du point frontalier avec l’Irak et un an de prolongation pour une meilleure planification des convois humanitaires, a-t-elle dit aux médias.


Sur le même sujet

Renaud Girard : après Daech, comment sauver le Moyen-Orient ?

28/10/2016. Pour le grand reporter, seul un réalisme assumé peut amener à ne pas répéter les erreurs passées en Irak et en Syrie.

La prévention des conflits est de la responsabilité première des Etats, rappelle le Conseil de sécurité

18/01/2018. La pérennisation de la paix est une tâche et une responsabilité partagée que doivent assumer les gouvernements et toutes les autres parties prenantes nationales.

Famine en Afrique et au Yémen : « Mourir de faim aujourd’hui, c’est mourir des conséquences de la guerre »

28/03/2017. Rony Brauman, ex-président de Médecins sans frontières, analyse les origines politiques de la famine.