A la Une

NEWSLETTER Semaine du jeudi 30 Mars 2017

 

 

 

 

 

NEWSLETTER
Semaine du jeudi 30 Mars 2017

Abonnez-vous

 

 

 

 

FOCUS SUR

 

 

Famine en Afrique : notre dossier

Mars 2017. Près de vingt millions de personnes sont menacées par la famine qui sévit violemment au Yémen, en Somalie, au Nigeria et au Soudan du Sud. Le CICR estime qu’il faut agir dans les trois mois pour éviter le pire. Voici un recueil d’articles qui vous permettront un tour d’horizon non exhaustif.Lire la suite »

 

 

Derniers articles mis en ligne

 

 

 

 

Le Pape lance Watershed, parce que « L’eau est un droit et non une marchandise »

23/03/2017 par Isabelle Cousturié. Au lendemain de la Journée mondiale de l’eau, découvrez Watershed, premier volet d’une série d’activités pour « promouvoir une nouvelle culture du respect environnemental » annoncé par le Saint-Père à la fin de l’audience générale du 22 mars.
Réunir responsables politiques, philosophes, religieux, poètes et artistes pour partager « idées » et « valeurs » sur la protection d’un « bien vital » comme l’eau, il fallait y penser, l’Église l’a fait. Le pape François, à la fin de l’audience générale, le 22 mars, a lancé personnellement Watershed, le premier volet d’une série de programmes et d’activités visant à « promouvoir une nouvelle culture du respect de l’environnement ».

Selon l’Onu, la moitié de la planète ne dispose pas d’eau potable. Malgré tous les engagements promis par la communauté internationale, « il y aurait encore 1,9 milliards de personnes qui consomment de l’eau dangereuse et 1,6 milliards de litres d’eau de qualité douteuse ». Et selon l’ONG Solidarités International « 2,6 millions de personnes (dont 1,8 millions d’enfants) meurent encore chaque année de maladies liées à cette eau insalubre. Soit une personne toutes les 10 secondes. Signe qu’un long chemin reste à parcourir avant que les populations les plus vulnérables n’accèdent à cette denrée si précieuse », estime l’organisation.

Lire la suite »

share on Twitter Like Le Pape lance Watershed, parce que « L’eau est un droit et non une marchandise » on Facebook Google Plus One Button


« La menace terroriste actuelle ne cessera pas avant une dizaine d’années »

23/03/2017 par Jean Guisnel. Le patron de la Direction du renseignement militaire français depuis 2013 fête les 25 ans de son service. Et dresse son bilan. Entretien.

Le Point : Vous célébrez, jeudi 23 mars, sur la base de Creil, le vingt-cinquième anniversaire de la DRM. Quels changements cette création avait-elle apportés en 1992 ?

Christophe Gomart : La grande innovation fut la mise en place d’une organisation interarmées.

Jusqu’en 1992, chaque armée disposait de son propre service de renseignements, qui collectait des informations relatives aux théâtres maritimes, aériens ou terrestres, sans vision coordonnée.

Désormais, la mission de la Direction du renseignement militaire est de fournir du renseignement aux trois armées et aux forces déployées en s’appuyant sur leurs moyens, comme sur nos moyens propres.

Peut-on dire que l’accélérateur de cette réforme fut la première guerre du Golfe, qui commença à l’été 1990 ?

Oui. Quand Pierre Joxe se rend en Arabie saoudite après sa nomination au ministère de la Défense, fin janvier 1991, il prend la pleine mesure des aptitudes américaines en matière de renseignement, qu’il s’agisse d’imagerie satellitaire ou de leur capacité autonome d’appréciation de la situation.

Il décide alors la création de la DRM. À mes yeux, deux éléments essentiels apportent alors une transformation profonde : des personnels des trois armées vont travailler ensemble, et la France relance dès cette époque son projet de satellite militaire d’observation de la Terre. Ce sera le satellite Helios 1A, opérationnel à la fin de l’année 1995 et qui, pour nous, change tout en matière d’indépendance !

Lire la suite »

share on Twitter Like « La menace terroriste actuelle ne cessera pas avant une dizaine d’années » on Facebook Google Plus One Button


En quoi l’Union européenne s’intéresse-t-elle aux religions ?

26/03/2017 par Isabelle de Gaulmyn

Pourquoi donc les dirigeants européens, qui fêtent ce samedi les 60 ans du traité de Rome, ont-ils éprouvé le besoin de voir le pape François le vendredi 24 mars ?

Il est vrai que l’on voit mal en quoi, a priori, une religion, quelle qu’elle soit, aurait son mot à dire sur la construction européenne. L’euro, la limitation des déficits budgétaire, la politique agricole commune semblent bien éloignés des préoccupations religieuses. Plus fondamentalement, pour nous Français, assez attachés à la laïcité, cela peut même sembler choquant et contraire aux principes de séparation stricte entre ce qui relève de la politique, et ce qui relève de la religion.

C’est qu’il faut tenir compte du fait que l’Union européenne a une histoire, qui est partiellement chrétienne, et rassemble des pays aux traditions culturelles très différentes, notamment dans leur rapport avec les institutions religieuses.

En 1957, quand est signé le traité, certains parlent même d’une « internationale catholique ». De fait, les fondateurs de l’Europe, de Gasperi, Schuman (dont la cause de béatification est ouverte), Adenauer, sont des catholiques convaincus et qui le manifestent ouvertement. Leur vision de l’Europe est fortement inspirée par des convictions chrétiennes visant à fonder une paix durable.

Lire la suite »

share on Twitter Like En quoi l’Union européenne s’intéresse-t-elle aux religions ? on Facebook Google Plus One Button


Prophétique et lucide, le Pape François rappelle aux fondamentaux les chefs d’État et de gouvernement de l’Union Européenne

25/03/2017 par Isabelle Cousturié. À l’occasion du soixantième anniversaire des traités de Rome, le Saint-Père a placé l’espérance chrétienne au cœur de son discours devant les chefs d’Etat et de gouvernement des vingt-sept États membres.

« Il revient à celui qui gouverne de discerner les voies de l’espérance, d’identifier les parcours concrets pour faire en sorte que les pas significatifs accomplis jusqu’ici ne se perdent pas mais soient le gage d’un long et fructueux chemin ». Pas de sombres paroles mais des paroles d’encouragement, pédagogiques, que celles prononcées par le Pape devant les chefs d’État et de gouvernement des vingt-sept États membres, rassemblés autour de lui, dans la salle royale, au Vatican, à l’occasion du soixantième anniversaire des traités de Rome.

À la veille des célébrations, commémorant officiellement la signature des deux textes fondateurs de l’UE – le premier instituant la Communauté économique européenne (CEE), le second la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom) – le Saint-Père a livré aux dirigeants européens la recette du chrétien face aux événements douloureux : l’espérance. Cette espérance qui est « à l’origine de la civilisation européenne », a-t-il rappelé dans son discours ce 24 mars au soir, transmise par ses pères fondateurs.

Lire la suite »

share on Twitter Like Prophétique et lucide, le Pape François rappelle aux fondamentaux les chefs d’État et de gouvernement de l’Union Européenne on Facebook Google Plus One Button


À Mossoul, les civils entre le marteau et l’enclume

28/03/2017 par Julie Kebbi. Des « attaques disproportionnées » de la coalition sont dénoncées par Amnesty International, qui estime qu’elles violent le droit international humanitaire.

Depuis le début de l’offensive pour reprendre Mossoul, des centaines de civils ont perdu la vie chez eux ou dans des abris où ils s’étaient réfugiés, suite aux frappes aériennes de la coalition internationale sur cette métropole du Nord irakien. L’une des opérations les plus meurtrières, dans le quartier de Jadida, à Mossoul-Ouest, date du 25 mars et aurait fait 150 morts au moins, selon l’ONG Amnesty International.

Les civils avaient reçu des instructions du gouvernement irakien par la radio et des brochures lancées par avion leur recommandant de demeurer à leur domicile pour rester en sécurité, plutôt que de fuir les zones de combats. En effet, explique le gouvernement irakien, tenter de fuir la ville présente pour les civils un risque trop élevé d’être tués par les membres de l’État islamique. Et selon le communiqué d’Amnesty, l’EI utilise les civils comme des « boucliers humains », ce qui constitue l’un des nombreux « crimes de guerre » du groupe.

Lire la suite »

share on Twitter Like À Mossoul, les civils entre le marteau et l’enclume on Facebook Google Plus One Button


Méditerranée : près de 6.000 migrants et réfugiés secourus en cinq jours, selon le HCR

24 mars 2017. Le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit préoccupé par des informations faisant état d’au moins deux naufrages ce jeudi au large de la Libye, en mer Méditerranée.

« Selon des informations recueillies auprès d’ONG, cinq corps sans vie d’hommes jeunes ont été récupérés alors qu’ils flottaient à environ 14 miles nautiques au large des côtes libyennes, non loin de deux canots pneumatiques vides et partiellement immergés », a déclaré le Directeur du bureau pour l’Europe du HCR, Vincent Cochetel, dans un communiqué de presse.

M. Cochetel a indiqué que, selon l’équipage médical du navire Golfo Azzurro, ces personnes ont toutes trouvé la mort par noyade dans les 24 heures précédant la récupération de leurs corps. « Toutefois, ces canots pneumatiques étant généralement bondés avec 120 à 130 personnes à leur bord, nous craignons que le nombre réel de morts pourrait être bien supérieur et que des dizaines de personnes pourraient avoir péri dans cette tragédie », s’est-il inquiété.

Lire la suite »

share on Twitter Like Méditerranée : près de 6.000 migrants et réfugiés secourus en cinq jours, selon le HCR on Facebook Google Plus One Button


Conflits et climat : pourquoi les famines sont de retour

28.03.2017 par Laurence Caramel

Au Nigeria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen, 20 millions de personnes sont menacées, selon les Nations unies. Il s’agit de la plus grave crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale.

« La plus importante crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale » : c’est ainsi que le secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, a qualifié la situation, le 22 février, en lançant un appel à la solidarité internationale pour aider les quatre pays où la famine rôde à nouveau.

Au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, « des millions de personnes se débattent déjà entre la malnutrition et la mort, vulnérables aux maladies et aux épidémies, contraintes de tuer leur bétail pour se nourrir et de manger les céréales qu’ils avaient mis de côté pour semer leur prochaine récolte. Les femmes et les filles sont les premières victimes », a-t-il averti.

L’état de famine a officiellement été décrété au Soudan du Sud le 20 février : 100 000 personnes de la région de l’Unité, dans le nord du pays, risquent de mourir de faim, selon l’ONU qui, pour les quatre pays placés en état d’alerte, évalue à plus de 20 millions le nombre de personnes menacées.

Lire la suite »

share on Twitter Like Conflits et climat : pourquoi les famines sont de retour on Facebook Google Plus One Button


 

 

 

Like

 

 

Tweeter

 

 

+1

 

 

Transférer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © *|CURRENT_YEAR|* Fondation de l’ordre de Malte France, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes inscrits sur nos liste
Désinscription