Mettre un terme à la guerre en Syrie

Jeffrey D. Sachs, professeur de développement durable à l’Université de Columbia énumère les six principes qui permettront d’instituer une paix durable en Syrie.

La Syrie est actuellement la plus grande catastrophe humanitaire au monde et, du point de vue géopolitique, le conflit le plus dangereux de la planète. Les Syriens sont emportés dans un bain de sang, qui a fait plus de 400 000 morts et déplacé dix millions de personnes.

De violents groupes djihadistes, soutenus par des parrains extérieurs, ravagent sans pitié le pays et s’attaquent aux populations. Toutes les parties en conflit – le régime du président Bachar Al-Assad, les forces anti-Assad soutenues par les États-Unis et leurs alliés, ainsi que l’État islamique – ont commis et continuent de commettre de graves crimes de guerre. Il est temps de trouver une solution. Mais celle-ci doit s’articuler à une analyse transparente et réaliste des causes premières de la guerre.

Mettre un terme à la guerre requiert la reconnaissance de six principes.

  • Les États-Unis doivent cesser les opérations, clandestines ou déclarées, visant à renverser le gouvernement syrien.
  • Le Conseil de sécurité des Nations unies doit veiller au cessez-le-feu, et appeler tous les pays engagés dans le conflit à cesser d’armer et de financer des forces militaires en Syrie.
  • Les activités paramilitaires doivent cesser, y compris celles des soi-disant « modérés » soutenus par les États-Unis.
  • Les États-Unis et la Russie – ainsi, bien sûr que le Conseil de sécurité des Nations unies – doivent tenir le gouvernement syrien pour entièrement responsable de la cessation de ses actions punitives contre les opposants au régime.
  • La transition politique doit se mettre en place progressivement, en construisant la confiance de toutes les parties, plutôt que dans une course arbitraire et déstabilisatrice à des « élections libres ».
  • Les États du Golfe, la Turquie et l’Iran doivent être poussés à négocier face à face un cadre régional qui puisse garantir une paix durable.

Lire l’article complet sur le site Project Syndicate


Sur le même sujet

Les Nations Unies devraient-elles renoncer au maintien de la paix ?

22/08/2016. L’échec de la MINUSS au Soudan du Sud est un coup dur pour la paix internationale

Les dirigeants de l’ONU et du CICR lancent un avertissement conjoint

31/10/2015. Ban Ki-moon, et Peter Maurer, ont lancé un avertissement conjoint sur l’impact des conflits actuels sur les civils et demandent que des mesures concrètes et urgentes soient prises face à la souffrance humaine et à l’insécurité.

Droit international : un mécanisme proposé par la Suisse et le CICR refusé

10/12/2015. Les Etats n’ont pas trouvé d’accord concernant le droit international humanitaire lors d’une conférence.