A la Une

«Les chrétiens d’Orient, tragédie en sourdine»

Article paru sur le site du journal Le Figaro le 28/02/2020 par François d’Orcival

«Leur sort est le prélude de notre propre sort», affirme François Fillon, qui livre en leur faveur son dernier combat politique.

Aujourd’hui, les chrétiens d’Orient ne sont en sécurité nulle part à l’exception de la Jordanie, d’Israël et du Liban. Qui a dit cela? François Fillon, dont c’est désormais le seul combat politique puisqu’il a renoncé, depuis bientôt trois ans, à toute bataille en France, sauf pour se défendre lui-même comme c’était le cas cette semaine devant les juges. Il se bat pour les chrétiens d’Orient depuis trente-cinq ans.

Le 12 décembre dernier, devant ses amis réunis au Sénat, il insistait: «Le sort des chrétiens d’Orient et des autres minorités est le prélude de notre propre sort.» Il énumérait les pays où les chrétiens avaient été les victimes des islamistes qui ne leur promettaient que «le cercueil ou la valise». «En Afghanistan, on chassa les Soviétiques en réveillant le djihad. En Arabie saoudite, le commerce du pétrole commanda notre silence. En Irak, on chassa une dictature en faisant place nette à un califat moyenâgeux. En Syrie, faute de stratégie et de réalisme, on laissa aux Russes et aux Iraniens le pouvoir de dicter l’avenir de toute la région…» Beau résultat!

Le front s’est déplacé en Afrique

En Irak, les chrétiens étaient 1,5 million il y a quinze ans ; depuis, ils ont été divisés par dix! En Syrie, ils étaient encore 1,5 million en 2011, et trois fois moins l’an dernier… Le 20 janvier, trois membres français de l’organisation SOS Chrétiens d’Orient, accompagnés par un guide local, disparaissaient aux environs de l’ambassade de France à Bagdad. Depuis, on les pleure. En 2018 dans le monde, dernière année dont les chiffres soient disponibles, 4 305 chrétiens ont été assassinés pour leur foi, soit 1239 – un quart – de plus que l’année précédente! Le nombre d’églises vandalisées, détruites ou fermées, qui était de 793 en 2017, s’est élevé à 1 847 en 2018, selon les chiffres de l’organisation protestante Open Doors…

Le front s’est déplacé en Afrique. À la fin de l’année dernière, Bernard-Henri Lévy était en reportage au centre du Nigeria, où une partie de la population, les miliciens Fulanis (les bergers peuls comme nous disons), s’attaquent systématiquement aux agriculteurs chrétiens: «Demeurera-t-on les bras croisés, se demandait-il dans Paris Match du 5 décembre, tandis que l’internationale islamiste, contenue en Asie, combattue en Europe, défaite en Syrie et en Irak, ouvre un nouveau front sur cette terre immense où ont coexisté longtemps, les fils d’Abraham?» Le massacre des chrétiens du Nigeria n’est qu’une suite des tueries perpétrées en Orient.


Sur le même sujet

Le big data à la rescousse de l’aide humanitaire

12/04/2019. En s’appuyant sur des algorithmes et les données récoltées sur le terrain, les humanitaires anticipent les famines et les fléaux pour améliorer leurs réseaux de distribution, et intervenir au bon endroit au bon moment.

Discours du Grand Maître Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto au Corps diplomatique

10/01/2020. « Je souhaiterais remercier chacun d’entre vous pour l’importante contribution que vous apportez au quotidien pour prévenir et réduire la vulnérabilité de notre monde » Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto

« Il faut défendre la diplomatie », conversation avec Pierre Vimont

25/07/2020 . Pierre Vimont revient sur les bouleversements intervenus dans la diplomatie ces derniers mois. Il propose une troisième voie pour reconquérir le multilatéralisme.