Dimanche 18 Novembre 2018
 

A la Une

Europe, migrants : Macron cherche le soutien du pape François

Article paru sur le site du Figaro le 26/06/2018 par Cécile de La Guérivière

Le président et le Pape, qui se rencontrent ce mardi au Vatican, partagent la crainte d’une rupture de l’élan européen sur fond de crise migratoire.

Si le torchon brûle entre la France et l’Italie, il pourrait se nouer plus solidement entre Paris et le Vatican. Non que les relations soient mauvaises, loin de là. Mais l’escalade verbale entre la péninsule italienne et l’Hexagone sur la question des flux migratoires – qui est montée d’un cran ce week-end – éclaire d’une lumière cruciale le rendez-vous, pourtant pris de longue date, ce mardi, entre le pape François et le président de la République française, Emmanuel Macron.

Au programme de la visite: la prise de possession de son titre de chanoine du Latran. Contrairement à ses prédécesseurs François Hollande ou François Mitterrand, venus voir le pape en snobant sciemment la basilique du Latran, Emmanuel Macron va poser le geste symbolique d’entrer physiquement dans cette basilique, en tant que président de la République, comme le firent avant lui Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac.Ce qui était hypothèse de travail il y a quelques semaines est devenu réalité avec l’arrivée au pouvoir en Italie de ministres d’extrême droite, dont Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur. Au Vatican, on ne raisonne plus sur la théorie de la montée de l’extrême droite en Europe, mais sur le cas concret d’une Italie déchirée et en prise directe avec la mise en œuvre de cette politique. Ce n’est plus un exercice de pensée. C’est une alerte.

Dans l’appartement du pape à Sainte-Marthe comme à la secrétairerie d’État, l’administration centrale de l’Église, l’objectif est clair: il faut sauver la bonne entente européenne. Cette ligne remonte à loin. Dès les années 1950, le trio catholique Adenauer, de Gasperi, Schuman – les trois pères fondateurs de l’Europe, dont les procès de béatification sont en cours pour les deux derniers et en discussion pour le premier – fut soutenu par Jean XXIII, puis Paul VI. Politique confirmée sous le pontificat du polonais Jean-Paul II, notamment lors du référendum de Maastricht. Complétée ensuite par une fervente défense de l’identité européenne de l’Allemand Benoît XVI.

François, argentin, s’inscrit dans cette tradition: en se rendant à Strasbourg en 2014, il a consacré l’un de ses premiers grands discours internationaux à… l’Union européenne! Mais cette ligne manque aujourd’hui de prise politique. La diplomatie vaticane, feutrée s’il en est, ne peut rien à elle seule. Elle voit son influence sur l’Italie lui échapper en partie. Quant aux pays catholiques d’Europe centrale, ils sont séduits par la droite forte. Il restait Angela Merkel, considérée au Vatican comme la gardienne de l’Europe, mais elle est fragilisée désormais. Voilà donc la France! Liée à l’Allemagne, elle pourrait être un nouveau relais pour relever le défi européen.

Mais, auparavant, les deux hommes doivent se rencontrer pour la première fois, et ces quelque trente minutes de tête-à-tête pourraient conduire à un rapprochement inattendu, non pas religieux, mais diplomatique: pour la sauvegarde de la construction européenne. Le pape catholique comme le président de la république laïque ont une conscience aiguë du risque actuel de rupture historique de l’élan européen.

Côté Vatican, c’est l’enjeu essentiel de cette rencontre. Tous les autres sujets possibles, écologie, laïcité, Syrie, chrétiens d’Orient, bioéthique, sont passés au second rang. Le nouveau président français, certes perçu comme libéral et un tantinet arrogant, n’a-t-il pas donné tous les gages d’une politique européenne active et convaincue? Alors, on entend, ici et là dans les couloirs du Vatican, «Macron l’Européen», avec ce léger roulé des «r» et la finale de son nom en «one», «Macrone». De son côté, le président de la République, qui a préparé avec soin cette visite, la situe aisément dans un agenda européen. Tous les autres sujets d’échange ont été évidemment préparés, mais ce mardi au Vatican pourrait vraiment bien tomber: au lendemain du mini-sommet «migratoire» de Bruxelles et à la veille du Conseil européen de jeudi et de vendredi.

Certes, instrumentaliser le pape d’un côté ou manipuler un président de l’autre sont exclus par principe. Ce serait une erreur magistrale de part et d’autre. Mais cette rencontre, en plein tumulte européen, parlera d’elle-même. Un diplomate très au fait de ces questions, aujourd’hui ambassadeur à l’Unesco, Laurent Stefanini, résume l’enjeu: «Le Pape est une autorité pacificatrice. Il soutient fortement toutes les relations multilatérales, Nations unies, Union européenne. Il s’oppose aux replis nationalistes. Dans un monde qui se fracture, son soutien moral aux défenseurs de la construction européenne est capital.»

François et Emmanuel Macron seront-ils d’accord sur la question de la gestion des migrations? Pas dans tous les détails. Mais il est notable de constater que, depuis l’arrivée de l’extrême droite au premier plan du pouvoir italien, le Pape a nettement rééquilibré son discours sur les migrants. En rentrant de Suisse, jeudi 21 juin, François a précisé à la presse: «on doit» mettre en œuvre quatre concepts «accueillir, accompagner, organiser, intégrer», mais avec la «prudence» qui est la «vertu du gouvernement». Car un «pays doit accueillir des réfugiés en fonction de ce qu’il peut, de ce qu’il peut éduquer, intégrer, donner du travail». Il a donc salué la tentative des «gouvernements européens» qui préparent «un plan d’urgence pour investir intelligemment dans les pays d’où viennent ces gens en leur donnant du travail et une éducation».


Sur le même sujet

Philippe Bénéton : «Le monde occidental ne sait plus qui il est»

10/02/2017. A l’occasion de la sortie de son essai Le dérèglement moral de l’Occident, le philosophe en appelle à trouver un équilibre libéral-conservateur entre liberté et enracinement.

Henry Laurens: «En Syrie, nous sommes dans une syntaxe très 19e siècle»

20/03/2017. L’historien français éclaire la situation que traverse actuellement la région. Mais il constate aussi des différences importantes.