Elizabeth Richard aux Libanais : « Vous n’êtes pas seuls face aux défis »

« Vous n’êtes pas seuls. Les États-Unis continueront de vous soutenir face aux défis que vous affrontez. » C’est le message qu’a adressé hier la nouvelle ambassadrice des États-Unis à Beyrouth, Elizabeth Richard, aux Libanais, à l’issue d’une rencontre, au Grand Sérail, avec le Premier ministre Tammam Salam.

La diplomate, qui vient de prendre ses fonctions à Beyrouth, a fait le point sur la relation bilatérale entre les deux pays et passé en revue les aides fournies au Liban par son gouvernement, à leur tête, le soutien aux instances sécuritaires et militaires.

« L’aide principale apportée par les États-Unis est celle qui bénéficie à l’armée et aux forces de l’ordre », a-t-elle précisé. « Le gouvernement américain a été et continuera d’être le premier partenaire du Liban en matière de sécurité », a insisté Mme Richard, avant de rappeler que le soutien de son pays à l’armée et aux services de sécurité a atteint, depuis 2005, 1,4 milliard de dollars.

La diplomate a indiqué par ailleurs que les aides octroyées dans le cadre des programmes civils « ne sont pas moins importantes », notamment dans le domaine de l’éducation, sous forme de projets d’assainissement de l’eau pour usage domestique, ou en termes de création de nouvelles opportunités de travail. « Nous œuvrons en vue d’un avenir plus brillant pour le peuple libanais », a-t-elle dit.

Évoquant la question des réfugiés au Liban et les aides humanitaires américaines, Mme Richard a souligné que le secrétaire d’État américain, John Kerry, a annoncé l’octroi au Liban d’une nouvelle aide humanitaire qui s’élève à 84 millions de dollars.

« Au total, les États-Unis auront offert une aide qui s’élève à 1,2 milliard de dollars depuis le début de la crise en Syrie, un soutien qui bénéficie en même temps aux populations libanaises vulnérables. »

Il s’agit, a expliqué l’ambassadrice, de projets visant à l’amélioration des infrastructures locales, telles que l’installation de canalisations d’eau, de dispensaires ou l’amélioration des équipements dans les écoles.

Lire l’article sur le site L’orient-Le jour


Sur le même sujet

Le chef de l’ONU estime qu’il ne faut pas tenir pour acquises la paix et la prospérité en Europe

21/02/2017. António Guterres, a estimé qu’il ne fallait pas tenir pour acquises la paix et la prospérité dans cette région du monde qui a été à l’avant-garde de la prévention des conflits au cours des 70 dernières années.

Mort annoncée du paternalisme humanitaire

26/05/2019. Selon le directeur de la Chaîne du Bonheur, Tony Burgener les grandes ONG doivent donner la priorité de choix et d’action aux organisations locales.

Les diplomates ont quitté les salons mondains

12/04/2019. Beaucoup de choses ont changé dans le monde depuis l’époque où l’on a institué le métier de diplomate, mais le travail n’a pas fondamentalement varié. L’essence de la diplomatie reste la compréhension de l’autre.