A la Une

Derrière l’humanitaire et l’ingérence, trop souvent désinformation et manipulations ? Le décryptage de Rony Brauman

Article publié dans la revue Communication & Influence le 17 avril 2018 par Bruno Racouchot

« C’est toujours au nom d’un Bien que se déclenchent les guerres » rappelle Rony Brauman dans son dernier livre, Guerres humanitaires ? Mensonges et intox (Textuel, 2018). De fait, constate l’ancien président de Médecins sans frontières (MSF), derrière des atours séduisants, l’humanitaire se révèle parfois être au service de politiques impérialistes. Les « guerres humanitaires » de ces dernières décennies ont été d’autant plus redoutables que la propagande s’y ancrait dans une matrice intellectuelle favorable. Fables à prétention morale, elles ont en fait servi de paravent à des intérêts cyniques.

Dans l’entretien qu’il m’a accordé, Rony Brauman rappelle certes que « le droit humanitaire aide les organisations humanitaires à trouver leur place dans la guerre. Ce n’est pas rien, et pour cela, il doit être défendu ». Mais Rony Brauman met en garde contre les stratégies communicationnelles qu’il masque. Car force est de constater que « le véhicule de tous ces discours humanitaires, ce sont les médias, formels et informels, lesquels sont omniprésents dans nos vies et font caisse de résonance. »


Lire l’article complet


 


Sur le même sujet

L’Œuvre d’Orient s’inquiète de la baisse des dons pour les chrétiens d’Orient

23/05/2018. La chute de Daech, officiellement actée après la reprise de Baghouz, en Syrie, le 23 mars, n’a pas résolu les menaces pesant sur les chrétiens d’Orient.

Le Grand Maître de l’Ordre de Malte s’exprime à l’UNESCO

13/11/2019. À une époque marquée par de graves conflits et situations de crise qui semblent ne pas trouver de voies de sortie : « l’action de l’UNESCO mérite encore davantage notre gratitude », a expliqué le Grand Maître

Père Pedro : «Les recettes de la fraternité n’ont pas de nationalité»

04/11/2018. À 70 ans, Pedro Opeka, figure charismatique de la lutte contre la misère à Madagascar fait l’objet d’un hommage à travers une galerie de portraits signée Pierre Lunel.