A la Une

Derrière l’humanitaire et l’ingérence, trop souvent désinformation et manipulations ? Le décryptage de Rony Brauman

Article publié dans la revue Communication & Influence le 17 avril 2018 par Bruno Racouchot

« C’est toujours au nom d’un Bien que se déclenchent les guerres » rappelle Rony Brauman dans son dernier livre, Guerres humanitaires ? Mensonges et intox (Textuel, 2018). De fait, constate l’ancien président de Médecins sans frontières (MSF), derrière des atours séduisants, l’humanitaire se révèle parfois être au service de politiques impérialistes. Les « guerres humanitaires » de ces dernières décennies ont été d’autant plus redoutables que la propagande s’y ancrait dans une matrice intellectuelle favorable. Fables à prétention morale, elles ont en fait servi de paravent à des intérêts cyniques.

Dans l’entretien qu’il m’a accordé, Rony Brauman rappelle certes que « le droit humanitaire aide les organisations humanitaires à trouver leur place dans la guerre. Ce n’est pas rien, et pour cela, il doit être défendu ». Mais Rony Brauman met en garde contre les stratégies communicationnelles qu’il masque. Car force est de constater que « le véhicule de tous ces discours humanitaires, ce sont les médias, formels et informels, lesquels sont omniprésents dans nos vies et font caisse de résonance. »


Lire l’article complet


 


Sur le même sujet

La communauté internationale réunie à Genève pour définir les contours de l’action humanitaire de demain

13/10/2015. Au terme d’un long processus de consultation, la communauté internationale s’est donné rendez-vous à Genève pour définir les principes de l’action humanitaire de demain. Les discussions serviront de base au Sommet humanitaire mondial.

Nigeria: une autre humanitaire du CICR tuée par Boko Haram

17/10/2018. Une deuxième employée de la Croix-Rouge internationale enlevée par Boko Haram a été tuée par le groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria en l’espace d’un mois, « un acte de cruauté abject », s’est indigné mardi le CICR.

Faim dans la Corne de l’Afrique : cessons d’accepter lâchement l’intolérable

25/03/2017. Il appartient aux hommes de mettre fin aux conflits, de faire respecter les règles de la guerre et le droit des populations civiles, Thomas Ribemont, Président d’Action contre la Faim