Une certaine idée des Nations Unies

Boutros Boutros-Ghali, qui vient de disparaître, a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore, estime le diplomate suisse François Nordmann.

Boutros Boutros-Ghali a été le premier Egyptien, le premier Africain et le premier arabe à occuper le poste de secrétaire général des Nations Unies de 1992 à 1996. Il a dû son élection au soutien de la France et de l’Afrique, alors que les Etats-Unis, le Royaume-Uni s’abstenaient.

Elégant, érudit, étincelant d’intelligence et d‘humour, il enseigna le droit international et fut pendant quatorze ans le chef de la diplomatie égyptienne. Il était issu d’une grande famille copte qui a marqué la vie politique égyptienne.

Haute idée de la fonction

Il a incarné jusqu’au bout – jusqu’au sacrifice – une haute idée de l’indépendance des Nations unies et de la fonction de Secrétaire général, qui sert l’institution aujourd’hui encore.

Lire l’article sur le site Le Temps


Sur le même sujet

En Syrie, un premier accord pour combattre le terrorisme

09/12/2015. Julien Barnes-Dacey et Daniel Levy ont publié une étude recommandant une poursuite et une intensification des efforts diplomatiques, intitulée « Syrian Diplomacy Renewed : from Vienna to Raqqa ».

Eric Deroo a présenté ses lettres de créances

18/01/2018. Le nouvel ambassadeur de l’Ordre de Malte au Togo est un cinéaste et historien français. Il est également chercheur associé au CNRS.

La Russie bute sur la complexité moyen-orientale à Genève

28/02/2017. L’émissaire des Nations unies Staffan de Mistura a tenté de réunir autour de la même table le régime de Damas et une opposition qui continue à se déchirer.