A la Une

Bienvenue au Refugistan

Pourquoi et de quelle manière les camps de réfugiés, conçus à l’origine pour être provisoires, perdurent-ils pour certains depuis des décennies ? Le documentaire décrypte habilement les rouages de ces mondes parallèles d’où il semble impossible de sortir.

À travers le monde, près de 17 millions de personnes – réfugiés, déplacés, migrants – vivent dans des camps, soit l’équivalent d’un pays. Suppléant les États qui ne veulent pas d’eux, le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés, avec ses 7 milliards de dollars de budget par an, gère ces « indésirables » avec de grandes ONG caritatives. Des « limbes », comme les nomme un chercheur, dans lesquels le seul objectif possible est la survie, où des enfants naissent et grandissent, à l’écart du pays qui les accueille. Leurs habitants, qui n’ont ni le droit de travailler ni celui de se déplacer librement, ne possèdent que les quelques objets distribués à leur arrivée et une carte d’identité du HCR. Dans ces lieux à l’écart du monde, ni tout à fait prisons ni tout à fait ouverts, censés être provisoires, les réfugiés passent désormais en moyenne… dix-sept ans de leur vie.

Pourquoi ces camps perdurent-ils depuis des décennies ? Les importants subsides qu’ils garantissent aux pays hôtes constituent l’un des éléments de réponse. Plus personne n’a intérêt à ce que les conflits s’arrêtent et à ce que les réfugiés rentrent chez eux. Qu’en est-il d’un possible asile en Occident ? Au camp de Dadaab, au Kenya (le plus grand du monde, construit il y a vingt-cinq ans), où les travailleurs humanitaires vivent sous haute protection à cause des risques d’enlèvement, seules mille demandes par an sont satisfaites sur une population de 350 000 réfugiés. Et pour qui tente de fuir vers l’Europe, la situation n’est pas plus enviable. À Idoméni, à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, des milliers de migrants sont pris au piège depuis plusieurs mois. La réalisatrice Anne Poiret (prix Albert-Londres 2007), qui s’est rendue aussi en Tanzanie et en Jordanie, effectue une plongée glaçante dans une réalité kafkaïenne que nous préférons ignorer et que nos gouvernements contribuent à créer et à entretenir.

Lire l’article sur le site de la chaîne Arte


Sur le même sujet

Haïti: Malteser International étend son aide après l’ouragan

28/10/2016. Les eaux se retirent, les conditions restent épouvantables

Le Saint-Siège rappelle son engagement contre la traite humaine

20/09/2017. « Travailler à mettre fin au travail forcé, à l’esclavage moderne et au trafic de personnes est une des priorités du pontificat » du Pape François. Mgr Paul Richard Gallagher.

La Conférence de Munich s’inquiète de la relation transatlantique

17/02/2017. La Conférence sur la sécurité était réunie dans la capitale bavaroise.