A la Une

Angela Merkel: «Abattez les murs de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit!»

Discours paru sur le site du journal Le Temps le 05/06/2019 par Angela Merkel, chancelière de la République fédérale d’Allemagne

OPINION. Il y a une semaine, la chancelière allemande livrait un discours aux étudiants de Harvard en forme de testament politique. Nous reproduisons ici l’essentiel de ce vibrant appel à résister à l’obscurantisme de notre époque

«[…] Ce jour est un jour de joie. C’est votre jour. Je suis ravie d’être ici aujourd’hui et je voudrais vous narrer quelques-unes de mes expériences. Cette cérémonie marque la fin d’un chapitre intense et sans doute rude de vos vies. Maintenant s’ouvre la porte vers une nouvelle vie. C’est passionnant et inspirant.

L’auteur allemand Hermann Hesse recourait à des mots magnifiques pour de telles situations de la vie. Je vais le citer, puis poursuivre dans ma langue maternelle. Hermann Hesse écrivait: «Dans tout commencement réside un sortilège qui nous protège et nous aide à vivre.»

Ces mots de Hermann Hesse m’ont inspirée lorsque, à 24 ans, j’ai achevé mes études de physique. C’était en 1978. Le monde était divisé entre Est et Ouest. C’était le temps de la guerre froide. J’ai grandi en Allemagne de l’Est, dans la partie alors non libre de ma patrie, dans une dictature. Les gens étaient opprimés et surveillés. Les opposants politiques étaient traqués. Le gouvernement de la RDA craignait que le peuple ne s’échappe vers la liberté. C’est pourquoi il a bâti le mur de Berlin. Il était fait de béton et d’acier. Ceux qui se faisaient pincer à tenter de le franchir étaient arrêtés ou abattus. Ce mur au milieu de Berlin divisait un peuple. Il divisait les familles. Ma famille aussi a été divisée.

Après mes études, j’ai décroché mon premier emploi de physicienne à l’Académie des sciences de Berlin-Est. J’habitais dans les parages du mur de Berlin. Chaque fois, en rentrant chez moi de l’institut, je m’en approchais. Derrière lui il y avait Berlin-Ouest, la liberté. Et chaque jour, quand j’étais déjà très proche du Mur, j’obliquais au dernier moment. Vers mon logis. Chaque jour, je devais obliquer peu avant la liberté. Combien de fois me suis-je dit: je ne supporte pas ça. C’était vraiment frustrant.

Je n’étais pas une dissidente. Je n’ai pas foncé dans le Mur mais je n’ai pas non plus nié son existence car je ne voulais pas me mentir. Le mur de Berlin restreignait mes opportunités. Il se dressait littéralement sur mon chemin. Mais il y a une chose que ce Mur n’a pas réussi à faire au fil de toutes ces années: fixer mes propres limites intérieures. Ma personnalité, mon imagination, mes aspirations: interdits et contraintes ne pouvaient limiter tout cela.

Tout peut changer

Puis est arrivée l’année 1989. Partout en Europe une volonté commune de liberté a déchaîné des forces incroyables. En Pologne, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, mais aussi en RDA, des centaines de milliers de personnes s’aventuraient dans la rue. Les gens manifestaient, ils ont fait tomber le Mur. Ce que le plus grand nombre tenait pour impossible – et moi aussi – est devenu réalité. Là où se dressait naguère une sombre paroi s’ouvrait tout à coup une porte. Le temps était venu, pour moi aussi, de la franchir. Je n’étais plus obligée d’obliquer au dernier moment devant la liberté. Je pouvais passer cette limite et aller à l’air libre.

Durant ces mois d’il y a trente ans, j’ai personnellement fait l’expérience que rien ne doit forcément demeurer en l’état. Cette expérience, chers diplômés, j’aimerais vous la faire partager en guise de première réflexion pour votre avenir: même ce qui paraît solide et immuable peut changer.

Et que ce soit dans le très grand ou dans le tout petit, tout changement commence dans la tête. La génération de mes parents l’a appris dans une extrême douleur. Mon père et ma mère sont nés en 1926 et en 1928. Lorsqu’ils ont atteint l’âge que vous avez aujourd’hui, la rupture civilisationnelle de la Shoah et de la Deuxième Guerre mondiale venait de se terminer. Mon pays, l’Allemagne, avait infligé une souffrance inimaginable à l’Europe et au monde. La probabilité était grande que vainqueurs et vaincu se retrouvent durablement face à face, irréconciliables. Or, en lieu et place, l’Europe a surmonté des siècles de conflits. Un ordre pacifique est né, qui mise sur les points communs plus que sur de prétendues vertus nationales. Malgré tous les débats et les revers temporaires, je suis absolument convaincue que nous, Européennes et Européens, sommes unis pour notre bonheur.

Les relations entre Allemands et Américains montrent également comment d’anciens ennemis peuvent devenir amis. Le plan de George Marshall y a très fortement contribué, celui-là même qu’il a annoncé ici en 1947 avec son «Commencement Speech». Le partenariat transatlantique, avec nos valeurs de démocratie et de droits de l’homme, nous a déjà valu plus de 70 ans de paix et de bien-être. Tout le monde en bénéficie.

Ensemble plutôt que tout seuls

Et aujourd’hui? D’ici peu, les politiciennes et politiciens de ma génération ne seront plus aux leviers du pouvoir mais, au mieux, dans les livres d’histoire.

Chère volée Harvard 2019, ces prochaines décennies, votre génération affrontera les défis du XXIe siècle. Vous faites partie de ceux qui nous conduiront vers l’avenir.

Nous devons plus que jamais penser et agir de manière multilatérale et non unilatérale, de façon globale et non nationale, être ouverts au monde plutôt qu’enfermés dans un superbe isolement

Le protectionnisme et les conflits commerciaux menacent la liberté du commerce mondial et par conséquent les fondements de notre prospérité. La numérisation touche tous les domaines de la vie. Les guerres et le terrorisme engendrent la fuite et les déplacements de populations. Le changement climatique pèse sur les fondements de la vie. A l’instar des crises qui en résultent, il est causé par l’homme. Nous devons et pouvons donc entreprendre tout ce qui est humainement possible pour véritablement maîtriser ce défi pour l’humanité. C’est encore possible. Mais pour ce faire, chacun doit apporter sa contribution et – je le dis aussi sur le mode autocritique – devenir meilleur. Je vais par conséquent m’engager de toutes mes forces pour que l’Allemagne, mon pays, atteigne l’objectif de la neutralité climatique en 2050.

Les changements pour le mieux sont possibles si nous les abordons ensemble. Ça ne marchera pas si chacun y va de son côté. Et cela m’amène à ma deuxième réflexion à votre intention: nous devons plus que jamais penser et agir de manière multilatérale et non unilatérale, de façon globale et non nationale, être ouverts au monde plutôt qu’enfermés dans un superbe isolement. En deux mots: ensemble plutôt que tout seuls.

Nous ne devons pas qualifier les mensonges de vérités

Vous, chères diplômées, chers diplômés, vous aurez encore plus d’opportunités de le faire que ma génération. Sans doute votre smartphone a-t-il immensément plus de puissance de calcul que le maxi-ordinateur copié sur IBM par l’Union soviétique que j’ai utilisé en 1986, en RDA, pour ma thèse.

[…]

En tant que chancelière, je suis souvent appelée à me demander: est-ce que je fais tout juste? Est-ce que je fais une chose parce qu’elle est juste ou seulement parce qu’elle est possible? Vous devrez à votre tour vous poser sans cesse cette question. Et cela m’amène à ma troisième réflexion à votre intention: est-ce que nous fixons les règles de la technique ou la technique détermine-t-elle notre vivre-ensemble? Plaçons-nous au centre l’humain, avec sa dignité et toutes ses facettes, ou ne voyons-nous en lui qu’un client, une source de données, un objet à surveiller?

Ce sont des questions ardues. J’ai appris que l’on pouvait trouver des réponses même aux questions ardues lorsque l’on considère le monde également avec le regard de l’Autre. Lorsque l’on éprouve du respect face à l’histoire, à la tradition, à la religion, à l’identité de l’Autre. Lorsqu’on s’en tient à des valeurs inaliénables et qu’on agit en fonction. Et lorsqu’il faut absolument décider, au lieu d’obéir toujours à ses premières impulsions, on s’arrête un instant, on se tait, on réfléchit, on marque une pause.

Nos libertés individuelles ne vont pas de soi, la démocratie ne va pas de soi, la paix non plus et la prospérité pas davantage

Bien sûr, pour tout cela il faut beaucoup de courage. Il faut avant tout de la sincérité envers les autres et – c’est peut-être le plus important – envers soi-même. Où serait-il mieux possible de commencer qu’en ces lieux où tant de jeunes gens du monde entier apprennent, recherchent et débattent ensemble des questions de notre temps à l’enseigne de la vérité. Pour ce faire, nous ne devons pas qualifier les mensonges de vérités ni les vérités de mensonges. Pour ce faire, nous ne devons pas accepter les abus comme une normalité.

Considérez que rien ne va de soi

Chères diplômées, chers diplômés, qu’est-ce qui pourrait vous, qu’est-ce qui pourrait nous en empêcher? Des murs se dressent à nouveau: des murs dans les têtes, par ignorance et étroitesse d’esprit. Ils se dressent entre les membres d’une famille comme entre les groupes sociaux, les couleurs de peau, les peuples, les religions. Je souhaite que nous abattions ces murs – des murs qui nous empêchent sans cesse de nous mettre d’accord sur le monde dans lequel, après tout, nous entendons vivre ensemble.

La réussite dépend de nous. Aussi, chères et chers diplômés, voici ma quatrième réflexion: considérez que rien ne va de soi. Nos libertés individuelles ne vont pas de soi, la démocratie ne va pas de soi, la paix non plus et la prospérité pas davantage.

Mais si nous abattons les murs qui nous corsètent, si nous sortons à l’air libre et osons des recommencements, alors tout devient possible. Les murs peuvent s’effondrer, les dictatures disparaître. Nous pouvons stopper le réchauffement de la Terre. Nous pouvons vaincre la faim. Nous pouvons éradiquer les maladies. Nous pouvons donner accès à la formation aux gens, en particulier aux filles. Nous pouvons combattre les causes de la fuite et des déplacements de populations. Tout cela, nous pouvons le faire.

[…]

Tout est ouvert

Et c’est sur ces mots que j’entends vous confier ma cinquième réflexion: surprenons-nous avec ce qui est possible; surprenons-nous par ce que nous pouvons faire!

Dans ma vie, ce fut le mur de Berlin qui m’a permis, il y a près de trente ans, d’aller à l’air libre. En ce temps-là, j’ai laissé tomber mon travail de scientifique et je suis entrée en politique. C’était excitant et plein de magie, de même que la vie sera pour vous excitante et pleine de magie. Mais j’ai aussi connu des moments de doute et de préoccupation. Nous savions tous ce que nous laissions derrière nous, pas ce qu’il y aurait devant nous. Peut-être qu’en dépit de la joie de cette journée, il en va un peu de même pour vous.

Avec l’expérience, je peux vous le dire: le moment de l’ouverture est aussi un moment de risque. Se débarrasser de l’ancien fait partie du recommencement. Il n’y a pas de commencement sans une fin, pas de jour sans la nuit, pas de vie sans la mort. Toute notre existence est faite de la différence entre le commencement et la fin. Et nous nommons vie et expérience ce qu’il y a entre-deux.

Je crois que nous devons toujours être prêts à achever des choses pour ressentir la magie du commencement et exploiter véritablement les opportunités. C’est l’expérience que j’ai faite dans mes études, dans la science, et c’est celle que je fais en politique. Qui sait ce qu’il adviendra pour moi après ma vie de politicienne? Tout est ouvert. Une seule chose tombe sous le sens: ce sera à nouveau quelque chose de différent et de nouveau.

C’est pourquoi je veux partager avec vous ce souhait: abattez les murs de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit, car rien ne doit forcément rester en l’état. Coopérez dans l’intérêt d’un monde global multilatéral. Demandez-vous sans relâche: est-ce que je fais telle chose parce qu’elle est juste ou simplement parce qu’elle est possible? N’oubliez pas que la liberté ne doit jamais être tenue pour acquise. Surprenez-vous avec ce qui s’avère possible. Rappelez-vous que l’ouverture implique toujours du risque. L’abandon de l’ancien fait partie d’un nouveau commencement. Et surtout: rien n’est acquis, tout est possible.

Merci!»

Traduction de l’allemand par Gian Pozzy


Sur le même sujet

Les deux leaders chypriotes publient un message commun de paix

26/12/2015. Une nouvelle démonstration d’unité entre deux leaders qui souhaitent que 2016 soit l’année de la réunification de Chypre.

« L’Assemblée générale permet de rappeler, symboliquement, que l’ONU existe »

28/09/2018. Marc Semo, journaliste au « Monde » chargé de la diplomatie, a répondu à aux questions des lecteurs sur la portée réelle de ce rassemblement diplomatique.

La culture, ce nouvel instrument de diplomatie

05/04/2019. À chaque concert de l’Orchestre symphonique de Montréal en Europe, défilent gens d’influence et investisseurs potentiels, le tout orchestré par les réseaux diplomatiques canadiens traditionnels. Signe que la diplomatie de l’influence est plus que jamais à l’avant-scène.