Mardi 24 Avril 2018
 

A la Une

Les réfugiés climatiques, éternels « oubliés du Droit » ?

30/11/2015. Des centaines de millions de personnes risquent de quitter leurs terres suite aux problèmes environnementaux.

Il y aura, selon l’ONU, 250 millions de réfugiés climatiques en 2050, si rien n’est fait. Comment venir en aide aux millions de personnes déplacées chaque année à cause de catastrophes naturelles ?

Aujourd’hui, contrairement aux réfugiés politiques par exemple, ces déplacés climatiques n’ont pas de statut officiel, ce qui rend difficile leur prise en charge.

« Au cours des sept dernières années, chaque seconde environ, une personne a été déplacée par une catastrophe liée aux risques naturels », écrivait en juillet dernier l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), une ONG basée en Norvège qui tente de tenir les comptes des migrations humaines chaque année.

Selon elle, en 2014, 19,3 millions de personnes dans le monde ont dû quitter leur domicile à cause de dérèglements climatiques. Et il y en a eu 83,65 millions entre 2011 et l’an dernier. Les inondations (55%), les tempêtes (29%) et les séismes (14) sont, aujourd’hui, les principales causes de déplacements liés à l’environnement. En 2014, le typhon Rammasum a ainsi déplacé 628.000 personnes en Chine et 2,99 millions aux Philippines à lui tout seul.

Lire l’article sur le site d’Europe 1


Sur le même sujet

Réfugiés climatiques : l’ONU privilégie une approche régionale plutôt que mondiale

08/11/2017. : L’ONU privilégie une approche régionale plutôt que mondiale.

Les défis à relever après la catastrophe de Fukushima

Mars 2015. Ce rapport proposé par le CCNE aborde le sujet des catastrophes nucléaires.

La France va accueillir les premiers migrants évacués de Libye

20/11/2017. L’Ofpra a auditionné au Niger des demandeurs d’asile. Une européanisation du dispositif reste la condition sine qua non de sa réussite.