Les réfugiés climatiques, éternels "oubliés du Droit" ? - Diplomatie Humanitaire
Mardi 21 Août 2018
 

A la Une

Les réfugiés climatiques, éternels « oubliés du Droit » ?

30/11/2015. Des centaines de millions de personnes risquent de quitter leurs terres suite aux problèmes environnementaux.

Il y aura, selon l’ONU, 250 millions de réfugiés climatiques en 2050, si rien n’est fait. Comment venir en aide aux millions de personnes déplacées chaque année à cause de catastrophes naturelles ?

Aujourd’hui, contrairement aux réfugiés politiques par exemple, ces déplacés climatiques n’ont pas de statut officiel, ce qui rend difficile leur prise en charge.

« Au cours des sept dernières années, chaque seconde environ, une personne a été déplacée par une catastrophe liée aux risques naturels », écrivait en juillet dernier l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), une ONG basée en Norvège qui tente de tenir les comptes des migrations humaines chaque année.

Selon elle, en 2014, 19,3 millions de personnes dans le monde ont dû quitter leur domicile à cause de dérèglements climatiques. Et il y en a eu 83,65 millions entre 2011 et l’an dernier. Les inondations (55%), les tempêtes (29%) et les séismes (14) sont, aujourd’hui, les principales causes de déplacements liés à l’environnement. En 2014, le typhon Rammasum a ainsi déplacé 628.000 personnes en Chine et 2,99 millions aux Philippines à lui tout seul.

Lire l’article sur le site d’Europe 1


Sur le même sujet

Rapport sur les catastrophes dans le monde 2015

31/10/2016. Les acteurs locaux, clés de l’efficacité humanitaire.

Réfugiés: le Pape appelle à «la prudence»

01/11/2016. François revient sur l’encouragement donné jusque-là aux États européens d’ouvrir largement leurs frontières.

Le Dialogue international de l’OIM sur la migration ouvre la voie à des consultations pour un Pacte mondial sur les migrations

18/04/2017. « le Pacte mondial représente une occasion historique de réaliser l’objectif d’un monde où les migrants se déplacent par choix plutôt que par nécessité»William Lacy Swing