Lundi 23 Avril 2018
 

A la Une

Les ONG syriennes en manque de reconnaissance

18/03/2015. Les ONG locales syriennes impliquées en première ligne dans le conflit veulent plus de reconnaissance de la communauté humanitaire au sens large ainsi que la chance d’accéder à un financement direct, plutôt que de travailler seulement comme exécutants silencieux pour les ONG internationales.

Une communication limitée en partie à cause des barrières linguistiques et culturelles, mais aussi à des préoccupations autour de terrorisme a conduit à des opérations parallèles et doubles, la concurrence pour le financement des bailleurs de fonds, le personnel braconnage et un sentiment général de méfiance.

Les tensions dans la relation entre les groupes locaux et internationaux en Syrie ont été citées dans un nouveau rapport par le Humanitarian Policy Group (HPG) à l’Overseas Development Institute (ODI) de Londres, qui a appelé à une approche plus souple et des partenariats plus équitables.

Le sujet est susceptible de figurer en bonne place à l’ordre du jour au Sommet Humanitaire Mondial

Lire l’article (en anglais) sur le site de L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés

 


Sur le même sujet

Syrie: «L’inaction des démocraties sur la Ghouta aura un coût élevé»

08/03/2018. Ancien ambassadeur à Damas, Michel Duclos s’élève contre « le triomphe de la force pure » à l’œuvre dans la Ghouta orientale. Il met en garde contre une « diplomatie humanitaire » favorisant la reddition des rebelles.

La Syrie, laboratoire d’un nouvel ordre régional au Moyen-Orient

14/02/2016. Le rôle de la Russie et la crédibilité de l’engagement des États-Unis en Syrie ont dominé les débats de la Conférence sur la sécurité de Munich

Syrie : il est temps de mettre un terme à cette guerre effroyable

28/02/2016. « Les violations du droit international humanitaire sont une caractéristique inacceptable de ce conflit, qui engendrent des souffrances inouïes et inutiles » (Peter Maurer)