Lundi 18 Février 2019
 

A la Une

Aide aux migrants dans le détroit de Sicile : plus de 80 000 heures de travail lors des sept premiers mois de 2015

31/08/2015. Depuis 2008, dans le sud de la Méditerranée, les équipes sanitaires du Corps italien de secours de l’Ordre de Malte portent secours aux migrants à bord des patrouilleurs et des navires de la marine militaire italienne.

Entre le 1er janvier au 31 juillet de cette année 81,408 heures furent passées en mer avec la passion de ceux qui sont conscients qu’aider les personnes en détresse est un devoir. 124 hommes et femmes se sont relayés dans toutes les conditions météorologiques et ont parcouru tous les jours, 24 heures sur 24, des miles et des miles pour aider ceux qui ont affronté un voyage bien plus complexe : 29,889 migrants ont été pris en charge et sauvés sur les véhicules de secours de l’État italien.

« Il faut en faire plus, en abordant efficacement la question d’une véritable intégration et des mesures possibles pour faire en sorte que ces flux puissent être davantage contenus. Trop de morts continuent à peupler la Méditerranée, maintenant la plus grande fosse commune de notre planète » Mauro Casinghini, directeur national du Corps italien de secours de l’Ordre de Malte (CISOM)

Lire l’article sur le site de l’Ordre de Malte


Sur le même sujet

Les tendances de la migration à surveiller en 2017

21/12/2017. La situation dépendra de l’efficacité des efforts déployés par les leaders de la société civile et les politiciens modérés pour lutter contre des politiques qui n’ont que peu d’effet.

Le nombre de personnes déplacées atteint son plus haut niveau depuis des décennies

19/06/2017. Le nouveau rapport statistique du HCR sur les Tendances mondiales fait état de 65,6 de millions de personnes déracinées à travers le monde à la fin 2016, un nombre supérieur à la population du Royaume-Uni.

Genève : le Conseil des droits de l’homme fait l’inventaire des idées reçues sur les migrants et réfugiés

10/03/2017. « Chaque pays a le droit souverain de protéger ses frontières » Mais on ne doit pas oublier que les migrants sont des êtres humains qui ont des droits.