Diplomatie : comment rompre avec ses alliés ? - Diplomatie Humanitaire
Samedi 18 Août 2018
 

A la Une

Diplomatie : comment rompre avec ses alliés ?

Emission diffusée sur France Culture le 03/05/2017

Jusqu’où peut-on mener une politique de rupture diplomatique ? Change-t-on d’alliance comme de chemise ?

On allait voir ce qu’on allait voir.

En arrivant à la Maison Blanche, Donald Trump promettait un grand chambardement en matière de relations internationales : prise de distance avec l’OTAN, rapprochement avec la Russie, moulinets du bras en direction de la Chine, mur avec le Mexique.

Cent jours ont passé, c’est peu, mais suffisant pour constater que le nouveau président américain tient un discours bien différent désormais. L’OTAN n’est pas si obsolète, la Chine n’est pas si hostile, Poutine n’est pas si fréquentable…

Comme si Trump avait dû revenir à un certain ordre diplomatique.

C’est qu’on ne change pas d’alliance si facilement. Les ruptures radicales sont rares. Peut-être moins d’ailleurs du fait de leur solidité que de leur souplesse. Dans un monde devenu multipolaire, où les relations commerciales sont au moins aussi importantes que les militaires, les recompositions échappent aux logiques anciennes.

Ecouter l’émission

Intervenants

Guillaume Devin : professeur des universités en sciences politique à Science Po Paris, chercheur au CERI
Michel Duclos : Ancien ambassadeur, directeur général de l’Académie Diplomatique internationale
Pierre Grosser : Historien, membre du Centre d’histoire de Sciences Po


Sur le même sujet

La France rédige une proposition à l’ONU sur la Syrie

15/04/2018. Les négociations sur ce texte doivent débuter lundi. Aucune date pour une mise au vote n’est encore avancée, Paris voulant se donner le temps d’une « vraie négociation ».

Les migrants: du pain béni pour les pays d’accueil

14/04/2017. Les migrants ont ajouté environ 6,7 billions de dollars au PIB mondial en 2015.

Crise en Méditerranée : quand l’Union européenne barre la route aux migrants, et aux ONG

19/12/2017. Ce phénomène est nouveau : le contrôle des frontières est un attribut essentiel de la souveraineté, que les États ne partagent pas avec des acteurs non-étatiques comme la société civile.